Numéro de téléphone daccompagnement

latina gros cul maitresse anais

Les athées ne pourraiçnt-ils pas en profiter, en disant: Non è egli più sicuro e piii naturale di dire in taie materia con Socrate: Questa verità è il grido délia natura ed il trionfo délia ragione. Parletais-je avec justesse si je disais: Nous ignorons quelle est la nature de Tètre suprême qui gouverne l'univers , mais l'édi- fice existe 9 et sa vue dépose en faveur de l'existence de l'architecte.

Cette vérité est le cri de la nature et le triomphe de la raisen. Appuïito perche Tuniverso è un gran pro- blema , deve necessariamcnte esistere un' essere suprême che puo scioglierlp i. Gli antichi non jpotendo spiegare lorigine del maie sia mo- rale , sia fisico , Tattribuirono ad un' altro principio. In tal modo , per fare Dio giusto , Fhan distrulto , o almeno fallo inconseguente.

Moite nazioni furono generalmente in questo crrore. La Persia adorava il principio del i In Egitto si adorava Iside; ai piedi delta sua statua era scrirto: Allah Illah , Mehemet Baipul Illah: Dio è Dio , e Maometto è suo profeta.

Quel est lattribut essentiel de Dieu le plus à la portée de notre enten- dement? Les anciens , ne pou- vant expliquer lorigine du mal , soit moral i soit physique , lattribuèrent à un autre prin- cipe.

Ainsi , pour faire Dieu juste , ils l'ont détruit , ou du moins ils Font fait inconsé- quent. La Perse adorait le principe du bien i Dans TEgypte on adorait Isis ; aux pieds de sa statue il était écrit: Ces définitions de l'es- sence de Dieu sont plus dignes de lui que toutes les phrases incompréhensibles des visionnaires.

Manete ridussa quindi in sislema tult' i différend soflsmi. Possono ridursi a' segnenti: I P Ciocch' è principio debb' essere unico , se ha un' eguale , ambidue non sono stati mai principj j ae il Dio del piale è subor- dinato al Dio del bene , o questo a quelle , cessa toslo d'esser principio.

Or , nel sistema de' due principj , mentre un genio agirebbe , laliro sarebbe costretlo di restare neirinazione. Manès vint erisuite réduire en système tous les. N 'était-il pas plus simple d. Uspeuventètre réduits aux suivans; i. Si le Dieu du mal est subordonné au Dieu du bien , ou ce dernier au premier , il cesse aussitôt d'être principe.

Dio esiste ; egli è solo ; le persone savie si tacciono suUa sua natura e suUa sua essenza , e la specie umana debb' adorarlo in silenzio. Chi mai pub définir rente supremo?

La mente si confonde in questo arcanô. Qu'on fasse combaltrje le deux piîncipes , il n y aura que le vainqueur qUi sera Dieu ; mai? Le Dieu du bien verrait régner le mal sans pouvoir s y opposer , et le Dieu du mal verrait régner le bien malgré lui. Dieu existe ; il est seul ; les personnes sages se taisent sur sa nature et sur son essence , et Tespèce humaine doit ladorer en silence.

Loin de rien décidei de cet être suprême, Gardons, en l'adoiant, un silence profond. Gli atei di questa specie sono essi in gran numéro? Siccome fa d uopo d una lunga série di sofismi perché l'uomo gîuqga a formarsi un tal sistema , cosi i veri atei sono e saranno sempre in picciolissimo nu- méro. Bisogna necessariamente aver per lunga tempo abusato délia propria ragione per per- i. Les athées de cette espèce sont-ils en grand nombre! Comme il faut une longue suite de sophismes pour que l'homme parvienne à se former un tel s3'sCcme y les vrais athées sont et seront toujours en très-petit nombre.

Tra la folla deglî atei modem! I07 persuader que les effets puissent exister sans leurs causes , et que Tordre puisse être sans un principe. Concios- siacchè lateismo , nel rovesciaie la base de' doveri. De quel poids doit cire en morale l'autorité de ces hommes î Réponse. L'homme qui abuse de sa raison pour tromper ses semblables , en leur ôtant leur Dieu , est un frénétique qui ne pense qu'à détruire ; parce que 1 athéisme , en ren- versant la base des devoirs moraux et de la justice naturelle , ne fournit aucun autre équivalent pour remplacer l'une et les autres.

L'ateo dunque che ragiona per distruggere la divinità , che fonda una sella , e che dommatizza publicamente , puo essere riguar- dato corne il nemico nato del génère uma- RO. L ateo sia anche filosofo ; la sua opinione non avrà percio autorilà maggiore.

On peut conclure de là que 1 athée. L athée , fut - 11 même philosophe , son opinion n'aura pas pour cela une plus grande autorité. Cj h e cos'è lanima? Questa sostanza esiste in noi? Non c è dubbio che noi pensiamo , giudichiamo , ragioniamo; dunque esiste in noi una sostanza essenziahnenle diversa da quella che mangia , digerisce e che dorme.

A quegli che ragionasse per ncgare lesistenza deir anima , risponderei: Un disciple de PyTrhon niait le mouve- ment i un homme de bon sens , pour le convaincre du contraire , se contenta de marcher devant lui. A celui qui raisonnerait pour nier l'existence de l'âme?

Questa sostanza che pensa è ella un essere semplice o composte? L'anima che riceve lutte le im- pressioni de' sensi e che ne giudica , debb' essere una sostanza sçmplice ed indivisibile. Noi non abbiamo che una sola idea di quanto vediame , sentiame , udiamo. Or , se lanima non fosse semplice , non petrebb' esser composta che di molli alomi distinti gli uni dagli altri , e tutti dolati délia fa- coltà di percepire , poichè l'anima , che in laie ipotesi ne sarebbe il risultatè , ha questa facoltà.

In questo case , Timpressione d'ogni oggélto dovrebbe portarsi a lutte le parti dell'anima e colpire tutti gli atomi che la compongono , atomi sensibili e dolati di percezione.

In conseguenza non vcdrennne più un solo ogçtte , ma tanti quanti sa- rebbero gli alomi. Nous ne îugeôns de lexislence de la matière que par le rapport vague de nos sens. Mais je pense ; et, pour mon âme , penser et 'exister sont synonymes. Fàtiie , qui dans cettie hypothèse ien serait le résultat, a bien cette faculté: En conséqueh'ce , nous ne verrions plus un seul objet, mais autant d'objets qu'il y aurait d'atomes. Mentre una porzione 4'essa troverebbç armoniosa una sinfonia, laltra potrebbe trovarla detestabile.

Or , si la substance pensante- était' composée , comment pourrait-elle produire des effets simples l car chaque cause ne peut fournir que des effets qui lui ressemblent.

Si rame n'était pas simple , nous serions tous contradictoires. Si on la supposait telle, elle pourrait alors être. Oltre a cio , se Taninia fosse materiale, una idea occuperebbe o lutta. Se il pensiere è xino , se Tunità intellettuale non puo dividersi ,. Dans cette hypothèse , celui qui aurait un corps plus grand et plus gros devrait aussi avoir plus d'entendement ; ainsi le corps svelte et effilé de Virgile renfermerait une moins grande quantité d'âme que l'énorme circonférence de Vitellius.

Ou mon âme est toute entière ou elle n'est rien ; elle est donc immortelle. Si ; esistono le ragioni morali che posson dedursi , i. Or , se l'anima è mortale , ove sarà la pena del delito che la. Comment , de Vidée que la loi de l'univers est juste , peut-on déduire quç l'âme est immortelle? Or , si l'àme est mortelle , où sera la peine pour les délits que la sagacité d'un homme hardi dérobe à la vigilance des lois?

Ma oltreccTiè iieir ipotesi délia materialità dell' anima , le idée di giiistiziae di virtù svaniscono 9 li rimorsi sono. Chi in- dennizzerà luomo virtuoso , di cinquanta anni di pêne e di tonnénd , di cm la firannia l'abbia reso vittima , se doppo l'in- femo sofferto in questo mondo , non gli lesti altra perspettiva che il nulla i Non esiste forse argomento piii forte per dimostrare Timmortalità delV anima , come quello che puo caversi dalV esistenza del maie , sia morale , sia fisico.

Non puo , per esempio , negarsi ch' esistano migliaja d uomini , bersaglio délia fort una , e vittime deir ingîustizia altrui. Se questi sventurati , doppo aver tanto sofferto nella lor vita , non dovessero attendére altro che la barbara sorte d'essere ridolti nel nulla , quai prova terribile contra la divinità non potrebbe da cio dedursi?

Non ve ne fosse che un solo di quest' infelici, questo mondo non sarebbe che Topera- del cattivo principio. Mais outre que dans l'hypothèse de la matérialité de l'âme , toute idée de justice et- de vertu disparaît , les remords tiennent à la cons- cience , et le scélérat s'en fait une à sa bcon. L'on ne peut , par exemple , nier qu'il y a des milliers d'hommes , jouets de la fortune et victimes de l'injustice des autres.

Si ces malheureux , après avoir tant souffert dans leur vie , n'avaient à attendre que le sort barbare d'être anéantis , quelle preuve terrible contre la divinité ne pourrait-on pas en déduire î N'y eût - il qu'un seul de ces infortunés , ce monde ne serait que l'ouvrage du mauvais principe , la proïi- SaG LAUIOO DEL 6ïL SES Ma Dio ci dev' egli cos' alcuna?

Dio ci deve la félicita , poichè ha posto in noi un pendio natuiale a questo stato , e la natura non fa doni inutili. Ei deve dunque renderci felici , quante volte per fatto nostro non allontaniamo i mezzi che ci possano rende r tali.

Or egli è cerio che in questo mondo. La somma de' mali è , senza dubbio , maggiore di quella de' béni in questo monde. Or , il est certain que dans ce monde nous ne pouvons pas obtenir cette félicité à laquelle nous ten- dons naturellement , et la preuve en résulte de ce que nous hç sommes jamais conténs de notre état.

La somme des maux de cette vie est sans doute plus grande que celle des biens. Ceux qui ont dit que tout y était mal ; ceux qui ont écrit que tout y était bien , n ont fait que prouver qu'ils avaient mal étudié les phéno- mènes de la nature et ceux de lanimaUtc.

Pare certo ahneno che i mali di questa vita sono compensati da altrettanti bcni. Ogni dolore non ha egli il suo piacere a lato , ed ogni piacere non è egli sempre in proporzione de' gradi di dolore che Tha preceduto? Questa opinione non è meno falsa délie due prime. Si la somme des biens était égale à celle des maux dans la balance dé lunivers , nous n aurions rien à prétendre de la providence; elle ne nous devrait point l'immortalité.

Robinet a fait un gros livre pour prouver le paradoxe de l'égalité entre les biens et les maux de cette vie ; mais il n y a rien de plus aisé que de démontrer le contraire. Si dice cbe ogni malattia ha il suo specifico ; quest' è falso: Ogni ma- Juttia avesse pure il suo specifico , l'equili- brio filosofico non sarebbe meglio conservato.

Il mal di pietra o sia Renella è un maie, J'operazione cbe la guarisce è ella un bene? Non c' è individuo che porti in se stesso un germe eguale di vizj e di virtù. Qui compen- sera les Lapons et les Groëlandois des glaces étemelles de leur climat l Quels biens re- latifs pourront jamais compenser les maux sans nombre causés par les tremblemens de terre ,.

La gravelle est un mal ; lopération qui la guérit est-elle un bien? Un instant me donne une pleurésie , et il faut souvent trois mois pour me guérir. Machiavel pour un Sullj ; et parmi les hommes vulgaires , dix fripons pour un homme de bien. Corne dal senso inîeriorc puô egli dedursi che l'anima è immoitale î Risposta.

Perché non è difficile pt'ovare che noi tutti desideriamo di viver sempre. L'amor proprio non é che l'amor del pro- prio essere , e délia propria félicita. Parce qu'il n'est pas difficile de démontrer que généralement nous désirons de vivre toujours. L'amour-propre n'est que l'amour de notre être et de notre bonheur. Or , s'il est naturel de nous aimer , il est aussi naturel d'aimer la vie et l'existence ; donc le désir d'exister toujours est naturel. Questo desio , in effetto , è là sorgente di lutte le alte gesta , dalle quali non si attende , d ordinario , che la gloria e la slima doppo la morte.

Tutti gli eroi che han sacrificata la vita pcr la padria y non rhan fatto che in questa intenzionè. Perché far tanto caso dell' immor- talità del nostro nome , se tutto il nostro essere è mortale? Niente di più opposto alla natura, che d aùgurarci di morire come le bestie , e d essere ridotti nel nulla.

Quai piacere più grande quanto la speranza d una vita im- mortale , allorché si getta uno sguardo al di là délia tomba", e si scopre una félicita perfetta che non debba mai finire? Tous les héros qui ont sacrifié leur vie pour la patrie ne l'ont fait que dans cette intention.

Pourquoi faii'e tant de cas de rimmoitalité de notre nom , si tout notre être est mortel î Rien de plus opposé à la nature que de souhaiter de mourir comme les bêtes et d être anéanti. Quel plaisir plus grand que l'espoir d une vie immortelle , lorsqu'on jette un regard au delà du tombeau , et qu'on découvre une félicité parfaite qui ne doit jamais finir!

Quel est le cri de la raison dans la question de l'immortalité de l'âme et de l'existence d une autre vie î Réponse. Cicéron disait que s'il se trompait dans la croyance d'une autre vie , cette erreur lui était si chère qu'il ne désirait pas d'être convaincu du contraire ; car si l'immortalité de 1 ame est une illusion , il est toujours agréable d'attendre , quoiqu'inutilement , une autre vie heureuse ; au lieu que la certitude de devoir être anéanti serait une découverte trop malheureuse pour les hommes vertueux.

Le cri de la raison dans l'honnête homme est que son âme est immortelle , puisqu'il désire naturellement d'être récompensé de ses vertus. Locke, che doppo Hobbes, propose il pnmo questo dubbio , era ben lungi dal famé un' assioma. In conseguenza resta sempre probabile çhe lanima possa essere immorlale , e ch' esista un' altra vita.

Or , in questa probabilité d'opinioni , quai' è il partito a oui deve appigliarsi di preferenza l'uomo ragionevole? Se ac- cade che s' inganni nella credenza dell' Xi Non prétende da cid induire , cotne diceva un' uoffiO di lettere , che VimmortaUtà àelV anima sia un problema dimostrabiU ia ambe le parti.

La legge de' ripugnanti , di non poter essere am- bidue veri , è una legge immutabile délia ragîoiie umana. Non agisce egli contra le regole dei pro- babili , cioè della prudenza e delta buona logica? Mais est-il encore prouvé que la matière pense? Locke, qui le premier, après Hobbes , proposa ce doute , élait bien loin d'en faire un axiome.

En conséquence il reste toujours probable que Tâme peut être immortelle et qu'il existe une autre vie. Un point qu'on peut démontrer par l'affirmative et par la négative, est, ou non démontrable du tout, ou faux d'un côté. La loi des contradictoires et des opposés, qui ne peuvent pas être vrais tous les deux , est une loi immuable de la raison humaine.

N'agit - il pas contre les règles des probables , c'est-à-dire de la prudence et de la bonne Ionique? Di quai forza sono , a dimostrar Timmortalità , gli argomenti che posson dedursi dal consenso délie gentil Risposta.

La voix de la raison est donc qu'il faut se contenter des raisons probables pour croire à l'immortalité', et qu'il faut demander des démonstrations certaines et évidentes pour n'y pas croire.

Sarebb' egli strano che on reo délia noova Yorck o dî Pibdelfia , fosse ponito a LondraT Verre poteva esser colpevole in Sicilîa , ed esser puoito in Roma. Mais voui avez dit n. Pourquoi serait- il étrange qu'un crimiinel de la nouvelle Yorck ou de PhiUdelpbie fût puni à Londres 7 Verres pou- vait int coupable en Sicile et. Ma tutte queste definizioni o sono assurde , o sono însignificanti Non val meglio confessare ia cio la nostra ignoranza , e dire con Locke cbe non ne sappiamo niente?

Quegli che negasse Timmaterialità delF anima , per la sola ragione che non sa concepirla , safebbe costretto , per la stessa causa , negare la maggior parte de' fenomeni délia natura , di cui non comprende ne la causa , ne il corso.

Comprendiamo ncâ la virtù délia calamita? Inche consiste la forza dell' elettricità? En quoi confiisie h fonte de lélectricitô? Ce système simple , que M. L'âme , par la pensée , secoue le joug de toutes les puissances de la terre , va au delà des limites de la nature , et parcourt l'immense région des abstractions.

Tout enfin prouve l'étendue de sa liberté , et rien n'en désigne les bornes. Ma se sento che son libero 9 poichè il mio pensiero non liconosce ne violenza , ne limiti , ho io. Ma Dio non ha bisogho d'un' estemo culto per esser adorato.

De la nécessité dune religion. Qu'est-ce que la religion t Réponse. C'est le système des devoirs de rhomme. Cette religion est fondée sur les rapports qui subsistent entre la divinité et l'eepèce humaine. Mais Dieu n'a sûrement paa besoin d'un culte extérieur pour être adoré. Notre encens et nos génuflexions ne peu- vent pas augmenter la gloire de cet être qui fait mouvoir , dans.

NMs emni froiest colcre Deum i non ipsi Deo: Si l'ado- rateur de Dieu a un corps , il faut que sa piété se fasse connaître par un hommage corporel ; c'est ainsi qu'il peut témoigner que tout son être , esprit et sens , dépend entièrement de la divinité ; o?. La morale ne consiste pas seule- ment dans l'art de bien penser , mais aussi dans celui de bieç faire. Il est faux que les hommes puissent être conduits par des abstrations et par des maximes spéculatives.

Vohis enim prodest colère Dtum , non ipsi Deo: Imperocchè le leggi non regolano che certe date azioni ; la reli- gione le abbraccia tutte. Les lois ne règlent cpie; certaines action! Les lois ne sont relatives qu'au citoyen ; la religion règle l'homme.

La multitude e3t plus frappée par ce qu on lui ordonne que par ce qu'on lui prouve ; les hoitnmes ont plus besoin dé inaximes que de démonstrations et de syllogismes. Perche la ve- duta sola d un altare basta sovente par far pensffre ad un' empio pcrsecutore y ch' ei non è si felice quanto îl giusto persegui- tato. Non c'è opinione più erronea quanto quella , che la religione è soltanto necessaria per il popolq ; corne se il culto semplice e su- blime d'un Dio dégradasse l'uomo che pensa.

Tout cela prouve qu'un culte extérieur peut être nécessaire pour le peuple ; mais le philosophe a-t-il besoin de cet appareil fastuçux de cérémonies pour reconnaître un être suprême î Réponse. Rien de plus faux que lopinion vulgaire que la religion ri est nécessaire que pour Iç peuple ; comme si le culte simple et sublime d'un Dieu dégradait Thomine qui pense. Li sofisti presuntuosi , che si arrogano il nome U iilosofi , pajono sdegnarô un culto publico , perché li confonde col popolo che disprezzano.

Si dicono Iilosofi per esentarsi d' essere religiosi ; fuggono i tempj perche la di loro veduta gli umilia , e risveglia in essi il potente freno de' rimorsi. Uomini , se non d un cuore corrotto , almeno d un anima trista e fredda , cessano d'aver' un culto perché han cessato d essere sensibili. Egli è difficile che gli uomini , che hanno avuto in dono dalla natura. La vera filosofia rispetta egualmente le forme e lessenze délie cose.

Ils se disent philosophes pour s'exempter d'être re- ligieux ; ils fuient. Molti uomini dotti vol- Jerp. Ppurquqi donc plusieurs philosophes , et particulièrement parmi les modernes ,. Premièrement , parce que quand Tesprit humain ne trouve plus de préjugés à détruire , ne pouvant rester dans Finaétion , il s'amuse à attaquer les vérités immortelles de la nature. Ma questa filosofia bastarda ha fatto più torto al génère umano , che gli anlichi er- ' ron di cui la filosofia legittima lavea purgato.

Si direbbe che questi pretesi filosofi cercano meno ad illuminarmi , che a rendermi sven- turato. En second lieu , parce qu'en naissant dans des sociétés déjà formées et policées , nous ignorons quelles causes ont pu contribuer à notre civilisation , et nous ne recherchons plus combien les institutions religieuses ont pu contribuer à nous rendre tels que nous sommes.

Fiers en conséquence de Ictat de perfection auquel nous sommes parvenus , nous croyons fermement pouvoir nous séparer brusquement de tout ce qui nous a civilisés 9 et renoncer par là à tout ce que nous nom- mons anciens préjugés.

Car de quelle utilité peut être à la terre une philosophie qui cherche à faire du pyrrhonisme la religion de lunivers. On dirait que ces soi-disant philosophes cherchent moins à ni'éclairer qu a me rendre malheu- reux. Con quai diritto udo scriuore terne- raiio yiene egli a rovesciare ledifizio délie mie cogniziooi?

Bisogna distinguere i pregiudiz j che nuocciono alla morale ed allô stato , da quelli che , lungi di nuocere , produ- cono de' gran béni. Niuno ha mai contrastato ai filosofi il dritto d'abbauere questi mostri , che rendono la specie umana vile o féroce. Ma quanti pregiudizj meritano d'essere. Pour- quoi cherche-t-il à anéant? Pourquoi m'ex- pose-t-il à vivre dans les craintes et 4 mourir dans les remords l VI. Platone nelle sue opère parla ad ogni pagina délia Divinité, Numa non avea falto di Roma una città sagra , che per farne xina città elerna.

Il est aisé d apercevoir par ces marques quelle est la re- ligion dont j'entends parler. Colla superstizione c coj fana- tismo. La prima è luttoccio che la credulîtà aggiunge al culto puro e semplice délia 'vera religione; o , per meglio dire , è una religione che il popolo si forma secondo i suoi bisogni e le sue idée.

Il fanatismo è la religione de' frenelici , che non hanno altro zelo che per perse- guitare gli uomini , una voce che per maie- dirli , ed una mano che per esterminarli. La superstizione è quello stagno infetto , ma tranquillo , che nuoce solo a quelli che vi -si accostano. Il fanatismo è quella lava ardente che précipita dalle cime infocate del Vesuvio e deir Etna , e che lascia , per , dovunque passa , lé livide tracce délia destruzione. Le fanatisme est la religion des frénétiques qui n'ont de zèle que pour persécuter les hommes , une voix que pour les maudire , et un bras que pour les exterminer.

Non c' è che un passo dalla superstizîone al fanalismo. Perché la supersdzione è si contraria alla morale délia natura? La loro coscienza è falsa corne Tidea délia divinità che si sono formata ; ed in conseguenza le loro azioni le più empie non trovano alcuno argine ne' rimorsi. Questo culto bastardo che abusa de' dommi li più sublimi, è inHnitamente più nocevole dell'ateismo che li distrugge. Pourquoi la superstition est- elle si contraire à la morale de la nature t Réponse.

Leur conscience est fausse ainsi que l'idée de la divinité qu'ils se sont forgée , et leurs actions les plus impies ne trouvent en conséquence aucune digue dans les remords. Ce culte faux qui abuse des dogmes les plus sublimes est infiniment plus nuisible que Tathéisme qui les détruit. Cosi gli Egizj si çredeltera autorizzati a' giustificare l'incesto tra ua fralello ed una sorella , perché i loro Dei Iside ed Osiride avevano dato loro questo esempio.

In un pericolo eminente , giurarono di prostituire le loro figlie nel giorno délia fesla di Venere , se riportavano la vittoria i Sacrificate a Dio , dîce J!

A Dio non piace che la sola înnocenza , hâ detto Lattahzio: Je déteste vos fîtes et vos sacrifices ; je demande votre justice et votre vertu , et non ces dons qui sont à moi , et que je vous ai donnés pour le sou4 tien de votre yie. In che modo il fanatisme cltraggia la morale délia natura! Âbbiamo detto che il fanatisme non è che la superstizione armata é che perseguita. Nous avons dit que le fanatisme n'est que la superstition armée et qui per- sécute. Allorchè gli mancano i mezzi di sfogare il suo furore , non tralascia di fare il voto- di Caligola: La morale délia nâtura non xi dà dunque alcun diritto per forzare gli altri ad abbracciare la nostra credenza?

Se la giustizia naturale proi- bisce ad un' uomo di disporre de' béni d'un altro , ved. La mia anima è essa mcno a me di quel che siano la Trtia borsa , il mto abilo , ed il mio giardino?

Dappoicchè la forza non ha alcun potere sugli animi , e che la coscienza è il ndstro senso morale il più ribelle. La morale de la nature ne donne donc aucun droit pour obliger les autres à embrasser notre croyanca? Si la justice naturelle défend à un homme de disposer des biens d un autre voyez Part. III de ce catéchisme , art.

La force n'a aucun pouvoir sur nos âmes , et la conscience est hotre sens moral le plus rebelle. Se la natura ci autorizzasse a persegui- tare gli upmini d'un culto diverso per far loro abbracciare la nostra religione, questo globo non sarebbe che un vasto teatro di straggi e di macelU. Il musulmano délia setta d'AU potrebbe , in questa ipotesi , assassinare il musulmano délia setta d'Omar; questi farebbe impalare il giudeo , il quale pesterebbe in un mortajo i Re idolatri dell' Affrica , e tutt'insieme.

L'uomo allevato in un culto qualunque è tanto persuaso che la sua re- ligione è la vera , quanto gli uomini d'un culto diverso son persuasi che tutte le altre son false. In conseguenza , tutte le volte che si è pensato d'aumentare , co' supplizj y il numéro de' proseliti d'una religione, oon si è fatto altro che diminuire inultilmente l'ami bit BSÀt! Le musulman de la secte d'Aly pourrait , dans cette hypothèse , assassiner le musulman de la secte d'Omar ; celui-ci ferait. I9 véritable , pourquoi ne pas les croire permis à cause du bien qu'ils.

Ecco perché la persecuzione ha fatto , in ogni tempo, 46generare lo spiiito di religione in ispirito di setta. Il domma che mi pare va assurdo allorchè io era libero, non diverrà, più ragionevole , agli occhi miei , allorchè saro in prigione , o sovra un rogo.

Voilà pour- quoi LesjperséGutiqsis. Ëgli soffre s intanto 9 che la teiYa si popoli di nazioni che non professanb ristesso cultb , sarei 10 savio se pretendessi d'esser più savio délia 5tessa providènza? IgS iiotrimé à nos yeux , et devient rebelle aux yeux de la divinité. En effet , la doctrihe des plersécùteùrs ,- au nom de Dieu , est sans cessé en oppo- sition avec la conduite de la providence. Il souffre cepen- dant que la: Paolo ; non est accepdo pet' êonarum , non est neque Judaus , neque Gnteus , neque Dominus , neque servus: Riassumete le conseguenzcr che possono dedursi da' principj posti e di- mostrati in questa prima parte.

Dunque tutti glî uomini dî qualunqtie relîgione , o grado sîano , sono figfi deir istesso Dio , secondo il vero spirito del cris- tianesimo.

Gesù-Cristo , volendo andare a Gerusalemme , pensa di passare per Samaria ; ma i Samaritani non vollero riceverlo , appunto perché andava tra i loro nemici. Résumez les conséquences qu'on doit déduire des principes posés et démontrés dans cette première partie. MkMl domestique sont égaux devant luî. Tous les hommes donc , de quelque religion ou grade qu'ils soient , sont les enfans du même Dieu , suivant l'esprit vé- ritable du christianisme.

Perché ogni uomo ha le sue proprietà , ed in conseguenza ha i suoi di- ritti, la legge del monda è vindice degli altrui diritti , dunque è vindicé de' miei contra di me. Se lattentare a' diritti degli altri è un delitto contra la legge di natura , sarà pari- mente delitto ove quest' attentato ofTenda noi medesimi , e tantoppiù atroce e stolto , quanto noi siamo più cari a noi stessi di quel che ci siano gli dtri. Origiwe des devoirs envers nous-mêmes.

JrovBQçoi croyez-vous que nous avons des devoirs envers nous-mêmes? Réponse- Parce que chaque homme a ses propriétés , et par conséquent ses droits. La loi de lunivers est garant des droits des au- tres , elle est donc aussi garant des miens envers moi. Notre bonheur n est-il 9o4 L'AM! IL Domanda, Quai' è il primo Irai doveri ehe dobbiamo a noi medesinîi?

Si è detto che tutt' i doveri sono fondati su i diritti , e che i diritti altro non sono che proprietà ; dunque non' posso osservare i doveri verso me stesso , senza conoscere e misurare le mie pro- prietà ; d-onde la massima nosce te ipsum , conosci te stesso , debbe aversi corne il fondamento di tutta la morale che- riguarda noi medesimi. Mais comme chacun de nous , en se regardant isolé , se fait centre des rayons de la circonférence du cercle , ainsi dans la classe des devoirs , ceux que nous nous devons à nous-mêmes occupent la première place- Il.

En effet , si je n'existais pas , je n aurais i j! Corne puo una persona conoscer sestessa î Risposta.. Rientrando in se medesima , e riguardandosi o corne semplice individtio della natura 9 o corne persona socievole. Scorgo che sono molto al di sopra délie piètre , delle pian- te j delle besûe , ma infinitamentè al di sotto della divinità.

Comment une personne peut-elle se connaître? Je m'aperçois que je suis fort au dessus des pierres i des plantes , des bêtes , mais infiniment au dessous de la divinité. Ces réflexions doi- vent nécessairement me porter à vivre avec dignité , lorsque je me compare aux êtres qui sont au dessous de moi , et me pénétrer de respect et de vénération toutes les fois que je me compare à Dieu. Non è meno importante , per vivere bene y di conoscere il piano in cui io sono , poichè la tranquillità de' corpi civili dipende dal rispettare i piani superiori , e dal proteg- gère e soccorrere gV inferiori ; gli uni sostenendo gli altri- Nell'.

Siccome noi non siamo' ne puri spiriti , ne semplici corpi , ma esserr misli y cosi de' doveri verso noi medesi- mi altri riguardano il nostro intelletto y altri il nostro fisico. Nel primo' rango pos- sono situarsi la coltura délia mente , il regolare gli appetiti , il diritto' ch'e ab- l iamo alla stima , ,etc.

Nous ne sommes ni des esprits purs ni de simples corps , mais des êtres mixtes J donc les devoirs qui nous regar- dent nous-mêmes peuvent avoir rapport ou à notre esprit , ou à notre physique. On peut ranger dans la première espèce la culture de lentendement j lart de régler nos appétits , le droit que nous avons à l'estime , etc.

L Demanda, x erciie siam noi tenuti a coltivar la nostra mente l Risposta. Perche essenda composli di due 50Stanze , tuttocciô che puô lendere a col- tivar la nostra ragione ed il nostro spirito , formar dee un de' principali nostri doveri. Noi dobbiamo coltivare lo spirito nostro a tre oggetti ; i. Or non ce che l'istruzione e Tesperienza che possano metterci nel grado di bene adempire questi nostri doveri. Lo studio , per esempio , délia fisica ci l'ami du beau sexe.

Parce qu'é tarit composes de deux substances, tout ce qui peut contribuera cultiter notre maison et notre entendement , doit fortner un de nos principaux devoirs. Nous devons cultiver notre esprit pour trois objets ; i. Lo studio délia morale ordina le nostre idée suUa divinità , e rende più chiare quelle che han rapporto ai nostri doveri. L'istoria ci fa conoscer gli uomini , e se li conos- ciamo , possiam vivere amichevohnente con esso loro.

Ecco perché nel primo volume di quest' opéra, lib. L'histoire nous fait connaître les hommes , et en les connaissant , nous pouvons vivre en bonne harmonie avec eux. Les passions étant les ressorts de notre âme et la source de tous rios mal- heurs, est- il en notre pouvoir de les détruire ou de les diriger! Or tutte le passioni non hanno , dapprima , che un grado moderato d'attività. L'anima e' la na- tura non marciano per salti. La speranza , per esempio , la prima délie passioni moderate , che nasce con noi , e che non si spegne che coirullimo nostro lespiro ; quel seducente pudore che nel bel scsso accompagna l'innoconza , e la carat- lerizza ; la riconoscenia , sentimento si na- turale aile anime sensibili ; la compassione , ch' è il grido della natura , col quale in- vita , alla conservazione d'un' essere che soffre , tutti quelii che lo circondano; queste, ed aUre , sono passiçni dolci di cui non è da temer la violenza.

L'âme et la nature ne marchent point par sauts. L'espérance, par exemple, la première des passions modérées qui naît avec nous et qui ne s'éteint qu'avec notre dernier soufle; cette pudeur séduisante , qui , dans le beau sexe , accompagne l'innocence et la caractérise ; la reconnaissance , ce sentiment si naturel aux âmes sensibles ; la compassion , ce cri de la nature , par lequel elle invite à la conservation d'un être qui souffre , tous ceux qui l'envi- ronnent ; ces passions sont douces , et il n'y a rien à redouter de leur violence.

Torgoglio , ed infinité altre passioni possono essere bensi dolci e moderate nella lor origine, ma, se non sanno regolarsi , possono divenire violente ed impetuose. Un'Orientale ha incominciato ad amarc tranquillamente prima d essere geloso , prima d adirarsi contra la sua innamorata , prima di strangolarla.

L odio comincia daU'indifferenza , e finisce cogli omicidj. Noi possiamo dunque diriggere le nostre passioni allorchè sono ancor dolci e mode- rate ; ma se permettiamo che giungano alla violenza , tutti di loro effetti pemiziosi possono a noi imputarsi , per la ragione che potevamo governarle allorchè erano per anco nascenti.

In che modo possono go- yernarsi e moderarsi le passioni? Un Oriental a commencé par aimer tranquillement avant d être jaloux , avant de se metlrè en colère contre sa maîtresse , avant de 1 étrangler. La haine commence par vouloir du mal à son ennemi , et finit par la soif de son sang. Nous pouvoris donc diriger nos passions lorsqu'elles sont encore douces et modérées ; mais si nous permettons qu elles deviennent violentes , tous leurs effets fâcheux peuvent nous être imputés par la raison que nous pouvions les gouverner quand elles n'étaient que naissantes.

Comment pouvons -nous gouverner et diriger nos passions! Réponse- Par deux moyens ; i. Adesso si coroprende , perche nel lib. Questo metodo serve , in oltre , a guarir le donne da quel timori panici figli d una fantasia accesa , e d una crassa ignoranza , che han generato li fantasimi , le ombre , gli spiriti folletti , le passeggiâte de' morti, e tut te le altre bambolinaggini che diso- norano la mente umana.

Le second moyen pour modérer nos ap- pétits , est d'accoutumer le corps à un travail méthodique , et l'âme aux habitudes de la vertu. La personne qui exerce son corps, qui souffre avec force d'âme les maux de cette vie ; qui aime la tenfipérance , l'abstinence , l'honnêteté , acquiert peu à peu de certaines habitudes qui , avec le temps , deviennent i Heureusemeot pour nous la philosophie a déjà relégué dans le monde imaginaire la magie blanche et la magie noire , la sorcçllerie , les incubes , les succubes , et toutes les autres impostures des âmes feibles.

Voyez les forie delta fantasia. Siamo noi tenuti ad ac- quistare. Essendo noi in società pcr ajutarci e soccorrerci gli uni gli. Che gioverebbero i lesori ad una persona dis- prezzata cd abborrita da tulto il monde î E senza tesori, la stima e Ta more de' suoi concittadini le vale per un fondo inesausto. Qiiindi una buona fama è il niaggior te- sord deir uomo. La stima o è figlio délia natura , e d un X. A quoi serviraient les trésors à une personne méprisée et détestée de tout le monde î et sans trésors , lestime et lamour de ses concitoyens lui tiennent lieu d'un fonds inépuisable.

Il s ensuit de là , qu une bonne réputation est le plus grand bien de ThommCé Si nous avons droit à notre bonheur , c est- à-dire au moindre des maux ; si , sans l'estime des autres , nous sommes privés de toute communication avec le corps politique , un de nos devoirs est donc d acquérir et de con- server une bonne réputation parmi nos sem- Uables. L'estime peut naître ou de la nature et de Tom. Chi non ha la prima in dono , deesi ingegnare a con- seguir la seconda , dappoicchè non si puo vivere senza niuna stima.

La loro pena è a lato del loro delitto y poichè quai pena più grande dellessere disprezzate ed infamate dallmtiera società? In che maniera si puo acquistare e conservare la stima altrui? Coltivando e seguendo la virtù dalla quale sola puo nascere la vera stima. Conviene perô misurarla sulle regole im- mutabili délia natura , e non sulle fantasie, o ridicole costumanze de' popoli. Celui qui n a pas reçu en' partage la première doit s'étudier à acquérir la seconde , car on ne peut vivre sans Tétude de ses semblables.

Leur peine est à côté de leur faute ; car quelle peine plus grande que d être méprisé et déshonoré de toute la société! Les ennemis ne servent qu'à augmenter notre gloire lorsque nous sommes vertueux ; mais les vices qui nous font. Par quels moyens peut-on acquérir et conserver lestime des autres? En cultivant et en pratiquant les vertus qui peuvent seules nous donner droit, à la véritable estime.

Ainsi l'art de gagner et de garder l'estime des autres ne consiste seulement pas à paraître, mais bien à être juste , charitable , honnête. Finchè i compagni di Colombo si con- dussero con giustizia e con sincerità tra gli Americani , gli Spagnuoli furono venerati corne Dei.

Le donne hanno esse qualche interesse particolare a conservar la stima altrui? Tant que les compagnons de Colomb se conduisirent avec justice et avec sincérité envers les Américains , ils furent respectés par eux comme des Dieux.

Les femmes ont-elles quelque intérêt particulier à conserver Testime d autrui î Réponse. Togliete Villusione dell'amore, uon vi resta che il piacere de' sensi , piacere momentaneo che ha la forza d'un'istante , e che' non ci dislingue dai bniii. Perche questo sentimento influisca dunque poten- temente sugli uomini, bisogna che l'illusionç lo précéda , l'iicçonipagni , 1q siegua.

S cqrre più dietro i piaceri fattiz , cioè d'opinione , che dietro i piaceri vefi e reali. L'opinione dunque ha un potere illimitato sugli animi nostri , e l'opinione è la fucipa ove si fabbricano la slima e la riputazione. Quindi se le donnç hanno un' intéresse particolare ad ugua" gliare , per qnanto è possibile , la lor con- dizione a quella degli uomini. Il faut donc , pour rendre Tinfluence de ce sentiment puissante sur les hommes , que l'illusion le précède , laccompqgne et 1q suive.

Sia che luso e la forza producan qualche volta il diritto ; sia che acquisti la qualità di diritto ciocch- è autorizzato dalluso e dalla forza , luomo brara sovente lopinione senza sentime niolto sensibili e funeste con- seguenze.

Ma la donna ,. Quai è il più gran ser- vigio jche possiamo noi rendere alla porzione sublime di noi medesimi l Risposta. Quel davere una coscienza tranquilla e senza rimorsi.

Quai piacere più puro e più grande del Nil conscire sihi , nuUt paUescere culpà! Non avère rimorsi che ci tormentîao , ne colpa che ci faccia impallidire! Mais la femme , moins heureuse, et assujettie à tous les préjugés de la société, perd aussitôt tout droit à l'estime , si elle dé- daigne celle des autres en bravant l'opinion: Quel est le plus grand service que nous pourrions rendre à la partie sublime de nous-mêmes? Celui d'avoir une conscience tranquille et exempte de remords.

Ma in cio si vuol guardare , non ail' estemo delle persone , ma a quel che si passa nel di loro cuore j ove puô solo rinvenirsi la sede délia félicita e délia miseria , perché in quel solo sentonsi li piaceri ed i dcdorL Se a ciascuno il propiio affanno Si leggesse in fronte scritto; Qaanti mai che inridia fanno. Questi do- yeri corrispondono a' diritti che abbiamo alla sanità del nostro corpo , ed alla per- fezione de' nostri sensi ; alla vita , ed ai commodi délia vita.

In questo articolo tral- teremo dé' doveri délia prima specie. JLIe combien d'espèces sont les devoirs envers nous-mêmes au physique? Ces devoirs correspondent aux droits que nous avons à la santé de notre corps , et à la perfection de nos or- ganes ; à la vie et aux aisances de la vie.

Dans cet article nous traiterons des devoirs. Sans nos préjugés , sans nos erreurs , et sans nos crimes , nous n'aurions pas le triste privilège de rompre quelques anneaux de la chaîne de notre existence , et d endurer mille fois les agonies de la ttiort avant l'instant où la nature nous a prescrit de mourir.

J ai dit triste privilège , parce que tous lès autres êtres , chacun dans sa classe , atteignent pour lordinaire , au même terme de la vie ; les animaux par exemple ,' qui ne sont pas dégradés par la dôméstidté ,' vivent à peu près le même espace d aniïées.

In somma , pnô stabilirsi come massima che la salule non si détériora in noi , che allorquando ci scostiamo dalle regole délia natura. Tuttoccio che contraddice la natura in questa parte è un delitto che commettiamo contra noi me- desimi. Si aggiungano tutti quegli usi pemiziosi che. Par l'exercice y la frugalité et I4 tempépance dans les passions. Tout ce qui contredit la nature dans ces objets est un crime contre nous-mêmes. Seguendo , per quanto M coslumi lo comportano , la sola voce délia natura ; "usando alimenti sarii e piaceri legittimi , e non forzando lo svikippo de' nostri orgaxû.

Gli antichi , Greci e Romani , erano sicu- ramente più vigorosi di noi , perché gli esercizj corporali come la lotta e la gin- nastica , facevano parte délia loro educa- zione. Li Creoli con- tano distintamenle le vêle ,dun vascelto a si gran distanza , ove noi non potrenimo neppure distinguere il vascello stesso , perché la di loro vista non si é indebolita colla modà di portar gli occhiali a quindict anni.

Par quels moyens pou- vonsrnous empêcher la détériorationt- de nos orgàties? Les Créoles comptent distinctement les voiles d'un vaisseau à une distance où nous ne pourrions pas même apercevoir le vaisseau , parce que leur vue ne s'est pas affaiblie par la mode de porter des lunettes à quinze ans.

Finalmente luoino che stato savio e parce ne' piaceri délia gioventù , puo divenire padre a ottant' anpi i. X51 , fanno menzione d'una donna clie divenne incinta a sessanta. Les transac- tions philosophiques , année X , parlent d'une femme qui allaita à soixante-huit ans ; et les anec- dotes de médecine , Tom. DovERi a conservnr la vita , o sjia del suiçidio. Or , la nature ne sait parler aux animaux que par la voix des instincts ; c est le canal dont elle se sert pour leur com- muniquej' ses lois tendantes à la conservation , soit de l'individu , soit de l'espèce.

Quindi noi abbiamo diiitto alla vita , ed in conseguenza dovere di conservarla. La durata totale délia Tita si misura 9 d ordinario , da qqella délia crescenza. Taie è , in efTetto , la misura délia vita di quasi tutt'i filosofi prattici. Solone , Talete e Pittaco vissero ognuno cento anni ; Detnocrito cento quattro , Cornaro a Venezia , e Fontenelle à tarigi aumentarono il numéro de' centenarj.

Baldassarre Cito , présidente del consiglio di Napoli , mori ultimamente a cento e sette anni. D'où 'il en résulte que nous avons des droits à la vie , et en conséquence il est de notre devoir de la conserver.

La durée totale de la vie se mesure or- dinairement sur celle de la croissance. Ainsi si nous restons ehvîton vingt -cinq ans à ci'àkré i nous devons en passer cinquante à vivre et vingt-cinq à mourir. Un siècle donc est à peu près la mesure de notre carrière, partent où rintempérahôe , la débauche et les ' maux héréditàrres ne nous rendent pas iieùx'à trente ans. Li meoihri dcl i. Les membres du Tom. La società ha ancora altre più potenti ragionî per armarsi contra il suicidio; im- perocchè quegli per cui la propria vita è niente 9 è padrone délia vita degli allri.

Se fossimo privi di questô diritto , il mas- simo de' mali potrebbe impuhemënte opprî- merci, ed il diritto alla vita sarebbe illusorio. Colla moderazione de' desiderj. Li primi non ci xendono mai tanto infelici quanto i secondi; perché 11 I l'ami du beau sexe.. Or 9 nos besoins peuvent être naturels ou factices.

Si son fatti tanti libri su i mezzi di divenir felice ; bisognerebbe adesso farne uno sul pericolo che si corre ad esserlo troppo.

Quest'ultimo sarebbe forse più utile di tutti gli altri , particolannente per gli abitanti délie città. Farebbe d'uopo parlire dal principio che Tarte dresser felice , val' a dire la morale delT pppip fisico , non consiste che a conservare li proprj organi in tutta la di loro integrità.

Ce dernier serait peut-être plus utile que tous les autres , particulièrement pour les habitans des villes. Queste non 3ono che giornaliete , metodidhe e tnoderate fatighe. Dunque è opposto alla fisica, Egli è contrario in oltre alla morale. L'ozio produce la noja , e la noja gênera tutt'i vizj.

Par les vertus mécaniques. Celles- ci ne sont que des travaux méthodiques et journaliers. Ce n'est pas la première fois que l'amour àes nouveautés a mis en avant des paradoxes.

Ellie est donc opposée à la nature. Rtle n'est pas moins opposée à la morale. L'oisiveté engendre l'ennui , et l'ennui produit tous les vices.

Quindi I4 spensieratezza , e la prodigalità sono vizj essenziali che offendono i doveri verso noi stessi. Tamerlano si annoja in Samarcanda, e parte per devastare la terra. L'ozio 9 di sua natura , tende alla dissoluzione del corpo civile; chi volesse ve- derlo non avrebbe a far' altro che a rendere l'ozio générale.

In fine , le leggi divine condannano l'ozio ; le leggi civili proscrivono i vagabondi , H savj gli banno in disprezzo. La négligence et la prodigalité sont donc des vices essentiels qui blessent les devoirs envers nous-mêmes. Ces vices sont encore plus nuisibles chez les personnes qui ont des devoirs particuliers envers les autres , commit dans les mères de famille que la nature oblige au soutien de leurs enfans , ou et il va violer Lucrèce.

Tamerlan s'ennuie dans S2 - tnarcande, et il part pour ravager la terre. L'oisif veut manger, et la faim ne s'ajourne pas. L'oisif mangera donc aux dépens d'autrui , s'il n'a pas de bien. Enfin , les lois divines condamnent l'oisiveté ; les lois civiles proscrivent les vagabonds: On peut reconnaître par là le mal que les personnes riches font en nourrisant ces pauvres volontaires, qui trouvent leur compte à demander l'aumône jpliitôt qu'à travailler.

Se la natura condanna la prodigalità , non è meno severa a condannare il irizio opposto y la sordida avarizia ; vizio che impicciolisce lo spirito , lo rende inquieto , sospettoso , afflitto , meschino j martire di se stesso , e ch' è il più gran tormento del cuore umano. Questa medesima passione lascia appassire , intisichire ed invecchiare il corpo innanzi tempo ; lo carica di non necessarie fatighe , e gli niega li più piccioli ristori.

Quali sono le conseguenze de' principj finora dimostrati? Che i doveri verso noi stessi consistono , i.

I Sociales ; 5. DoKERi générait verso gli altriy stano di giustizia , siano di soccorso. Aristotilo ha dette che alcuni nasconô schiavî , corne gli uomini materiali , stupidi e deboli ; altri padront corne gli spiritosi , i sagaci ed i forti. Quel est le fondement ées devoirs envers les autres l Réponse. Mais cette différence apparente ne dépend que de certaines qualités accidentelles. Les propriétés essentielles qui Tom. Or siccome i diritti d ogni ùomo si riducono a tre generi: Voyez Principefll , art.

H'elvétius a démontré jusqu'à l'évidence c ue l'inégalité dans le moral des homnjes dépend iniquement de l'éducation et des circonstances di- verses où ils se trouvent. Cette inégalité peut dûtiC être de fait et non de droit. Ma noi nasciamo , în oltre , deboli ed in un bisogno reciproco gli,uni degli altri. Qucsto bisogno è si commune c si potcnte , ch' ei bastô solo ad unirci in società , tanto ;pare impastato colla natura umana. Da cio dipende , che se il nostro animo non è prevenuto da odio o da altra passione, ci senliamo commuovere nel veder le lagrime , o nel sentire gli altrui sospiri ; e per un îstintQ nalurale ci sforaiamo di soccorrerc quegli che soffre.

L'uomo dunque è falto per Taltro uomo ; quindi il diritto d'essere soccorsi , ed il dovere di soccorrerci scambie- Volmenie quanto sappiamo,e possiamo; d'onde quello di beneficenza: In che consistono i doveri di giustizia? Mais nous naissons en outre faibles et ayant besoin les uns des autres.

Ce besoin est si commun et si puissant que lui seul a suffi pour nous unir en société , tant il paraît ne faire qu'un avec notre nature. C'est pourquoi , lorsque la haine, ou quelqu autre passion ne préoccupent pas notre esprit , nous nous sentons attendris en voyant les larmes , ou en entendant les soupirs des autres ; et , par un instinct naturel , nous nous empressons de secourir le malheureux qui souffre. L'homme, donc est fait pour son semblable , et c'est de là que dérive le droit d'être secouru et le devoir de nous faire réciproquement du bien autant qu'il est en notre pouvoir ; d où suit le devoir de bienfaisance: Le donnicciuole che fion sono che troppo soggette al primo di l'àmi dit bcau ss:!

En conséquence , i. L on est bien plus coupable de le faire dans l'intention d opérer le mal , comme Denys de Syracuse fit à 1 égard du fils de Dion,-; mais ce n'est pas moins un crime lorsque cela arrive par négligence de ses propres devoirs , comme chez les parent y les précepteurs , çtc. Chaque personne a droit à être estimée , voyez Part, 2 , art.

La calomnie nous blesse dans ia partie la plus sensible de notre âme ; c'est pourquoi elle est un crime grave et capital. Il n'y a qu'un pas de la médisance à la calomnie.

Il cuore umano si puo corrompere o colle massime false , o collo scandalo. Le madri dovFebbero soprattutto badare a non jrendersî ree di questo maie verso le loro figlie. E un delitto contra la giustizia na- turale togliere i béni altrui , sia con fiirto , sia con frode , o a forza aperta. Li talenti , il merito , e soprattutto la fortuna non alterano luguaglianza di diritto ch' è in tutti gli uomini. Di questo delitto si rendopo per lo più ree le persone pervç-- de ces défauts, peuvent devenir aisément ca- lomniatrices.

La jeunesse est sur- tout sujette à être corrompue par les mauvais exemples. Les talens , le mérite , et surtout la fortune , n'altèrent en rien l'é-. Le parole hanno , per publici patti espressi o taciti , un valore non altrimente che le monete ; chi se Re serve dunque per aggirare gli altri , è reo d aver iriolati i patd publici. Si vuol eccet- tuare il caso se il mentire non reca pre- giudizio ad alcuno , e giova somniamente ad altri. In tal modo i padri e le madri i Qaesti tali orgogliosi sono li pih insoppor- tabilî.

Ad ognuno dî essi potrebbe applicarsi ciocchè l'elegante Pignoui mette in bocca délia lumaca contra il bruco divenuto farfalla: C'est de là que vient cette inimitié innée entre les pauvres et les riches , le peuple et les nobles. Peut-être d'habitude giboie-t-il ici, et d'un autre lieu dédaigne-t-il d'enlever sa proie dans ses serres. Puis il me semblait qu'après avoir décrit quelques cercles , terrible comme le foudre il descendait , et me ravissait en haut jusqu'au feu. Là je me figurais que lui et moi brûlions , et si cui- sante était l'ardeur imaginée , qu'il fallut que le som- meil se rompît.

Fatti sieur, chè noi siamo a buon punto: Non stringer ma rallarga ogni vigore. Vedi là M balzo che il chiude d'intorno ; Vedi Tentrata là 've per disgiunto. Ella ti toise, e come il di'fu chiaro, Sen venue suso , ed io per le sue orme.

Seul, près de moi était mon Confort, et déjà le soleil avait monté plus de deux heures, et j'avais le visage tourné vers la mer. Te voici arrivé maintenant au Purgatoire ; vois là le rempart qui le clôt tout autoup, et vois l'entrée là où il paraît disjoint Avant l'aube qui précède le jour, quand ton âme au dedans dormait sur les fleurs dont la vallée d'en bas est ornée , Une dame vint, et dît: Ici elle te posa, et ses beaux yeux me montrèrent cette entrée ouverte; puis elle et le sommeil s'éva- nouirent.

Cominciô egli a dire: Guardate che M venir su non vi noi. Nous nous approchâmes, et déjà nous étions en un lieu où d'abord il m'avait paru qu'était une brèche , comme la fente d'un mur. Là je vis une porte, et au-dessous, pour y monter, trois degrés de couleurs diverses, et un portier qui ne disait rien encore.

Il avait à la main une épée nue , qui tellement réflé- chissait vers nous les rayons , qu'en vain souvent j'y dirigeais mes regards. Prenez garde que mon- ter ne vous nuise. Andate là , quivi è la porta. Venite dunque a' nostri gradi innanzi. Chiedi Umilemente che M serrame scioglia. Misericordia chièsi , e ch' ei m'aprisse ; Ma pria nel petto tre fiate mi diedi. Sur celle-ci tenait les deux pieds PAnge do Dieii assis sur le seuil , qui me semblait de dianiant. Par les trois degrés , mon Guide , que volontiers jo suivais , en haut me tira , disant: Dévotement à ses pieds je me jetai ; par miséri- corde je demandai qu'il m'ouvrît; mais, auparavatii, trois fois je me frappai la poitrine.

Fa che lavi, Quando se' dentro, queste piaghe, disse. Pria con la bianca, e poscia con la gialla Fece alla porta si ch'io fui contente. Intrate ; ma facciovi accorti Che di fuor torna chi indietro si guata. La cendre, ou la teiTe sèche qu'en creusant on retire , serait de même couleur que son vêtement: Ch'or si or no s' intendon le parole.

Ce que j'entendais , tout à fait ressemblait à ce qui advient lorsqu'on chante avec l'orgue: Tantôt oui , tantôt non , l'on distingue les paroles. E s' io avessi gli occhi volti ad essa , Quai fora stata al fallo degna scusa? Nous montâmes par un rocher fendu , qui se mou- vait de l'un et de l'autre côté , comme la mer qui fuit et revient.

Ceci rendit nos pas si rares, que la lune en décours rejoignit le lit où elle se couche , k? Moi fatigué , et tous deux incertains de notre route, nous nous arrêtâmes sur un terrain plan plus solitaire que les sentiers à travers les déserts. De ses bords qui confinent au vide , au pied de la haute rive qui monte , un corps hiimain mesurerait en trois fois la distance.

Et aussi loin qu'à gauche et à droite le regard pou- vait voler, telle me paraissait cette corniche. En haut nos pieds ne s'étaient pas mus encore , quand je reconnus que cette rampe , qu'on ne pouvait appeler, une montée , Était de marbre blanc, et ornée de sculptures telles qu'à mépris là serait non -seulement Polyclète, mais la nature même.

L'Ange qui vint sur la terre, apportant le décret de la paix durant tant d'années implorée avec larmes , et qui ouvrit le ciel si longtemps fermé 2, Etait là devant nous si vrai, le ciseau si bien avait reproduit sa douce contenance , que point il ne sem- blait une image qui se tait. Per ch'io varcai Virgilio, e fe' mi presso, Acciocchè fosse agli occhi miei disposta. Lors, ailleurs je portai mes regards, et de l'autre côté, où était celui qui me conduisait, je vis, derrière Marie, Une autre histoire gravée dans le rocher; par quoi je passai à droite de Virgile, et m'approchai afin qu'elle fût bien à ma vue.

Pareillement, la fumée de l'encens, dont on voyait l'image, du oui ou non rendaient discords le nez et les yeux. I 23 Di contra effigiata, ad una vista D'un gran palazzo, Micol ainmirava. Si corne donna dispettosa e trista.

I 26 lo dico di Traiano imperadore: Ed una vedovella gli era al freno, Di lagrime atteggiata e di dolore. I 28 La miserella infra tutti costoro Parea dicer: Signer, fammi vendetta Del mio figliuol ch' è morto, ond' io m' accoro. Ora aspetta j Tanto ch'io torni. En ftice, représentée à tme fenêtre d'un grand palais, Michel regardait, dédaigneuse et triste. Je quittai le lieu où j'étais pour voir de plus près une autre histoire, qui, derrière Michel, à mes yeux blanchissait.

Je dis l'empereur Trajan; et près de lui, tenant le frein, une pauvre veuve baignée de larmes et de douleur. Autour de lui des cavaliers couvraient et foulaient le sol , et sur eux on voyait les aigles d'or flotter au vent.

Au-dessous de ceux-là, la pauvrette semblait dire: Or ti fonforta, chè conviene D'i Ch' io solva il mîo dovere, anzi ch' io mupva: Pensa la succession ; pensa che, a peggio , Oltre la gran sentenzia non puo ire. Pendant que je me complaisais à regarder les images de tant d'humilité, et aussi par l'art de l'ou- vrier délectables à voir: Mes yeux, attentifs à regarder pour voir des choses nouvelles dont ils sont avides, à se tourner vers lui ne furent pas lents, I Je ne veux pas, lecteur, que se décourage ton bon propos, par l'ouïr comment Dieu veut que la dette se paie.

Maestro, quel ch'io veggîo Muovere a noi, non mi sembran persone, E non so che: La grave condizione Di lor tormento a terra gli rannicchia Si, che i miei occhi pria n'ebber tenzione.

Già scorger puoi corne cîascun si picchia. Voi siete quasi entomata in difetto. Si corne verme, in cui formazion falla. Mais regarde fixement, et que ta vue déroule ce qui vient sous ces pierres: De quoi gonflée, votre âme en haut flotte-t-elle? Ma per color che dietro a noi restaro. Bien les doit- on aider à laver les taches qu'ils apportèrent d'ici, afin que, purs et légers, ils puissent monter aux cercles étoiles.

A man destra per la riva Çon noi venite, e troverete il passo Possibile a salir persona viva. Guglielmo Aldobrandeschi fu mio padre: Non so se '1 nome suo giammài fu vosco. Car celui qui vient avec moi , à cause du poids de la chair d'Adam dont il est revêtu , est lent à monter, contre son vouloir. Mais il fut dit: Guil- laume Aldobrandeschi fut mon père. Je ne sais si son nom vint jamais à vous. L'onore è tutto or suo, e mio in parte. Ed ancor non sarei qui , se non fosse Che, possendo peccar, mi volsi a Dio.

Lo tuo ver dir m' incuora Buona umiltà , e gran tumor m' appiani Ma chi è quei di cul tu parlavi ora? Quest' opéra gli toise quei confini. Volgî gli occhi in giue: Mais quand il dit: Je marchais , et de mon Maître allègrement je sui- vais les pas, et combien nous étions agiles.

Grave alla terra per lo mortal gelo. Ainsi vis- je là , mais avec une plus vive ressem- blance , couvert de figures selon l'art , tout ce qui , pour former une route, s'avance hors du mont 2. Niobé 7, avec quelle douleur mes yeux te voyaient représentée sur le chemin , entre tes sept filles et tes fils éteints! Sangue sitisti, ed iodi sangue t'empio. O Ilion , come te basso e vile Moslrava il segno che li si discerne! Je voyais Troie, amas informe de cendres et de cavernes. O Ilion, qu'abaissée et vile te montrait l'image qui se voit là!

Non vide me' di me chi vide il vero. Quant' io calcai fin che chinato givi. Drizza la testa ; Non è più tempo da gir si sospeso. Pensa che questo di' mai non raggiorna. Morts paraissaient les morts, et vivants, les vivants. Qui vit le vrai , mieux que moi ne vit pas ce que fou- lèrent mes pieds, tandis que courbé je marchai. Maintenant soyez superbes, et en avant d'un front altier, fils d'Eve ; et ne baissez point la tête pour voir votre sentier mauvais 1 Nous autour du mont, et le soleil dans son cours, avions plus avancé que ne l'estimait la prisée dis- traite.

Quand celui qui toujours devant attentif allait, commença: Orne de respect ton visage et toute ta contenance, afin qu'à plaisir il lui soit de nous acheminer en haut. Pense que jamais ne reviendra ce jour. J'étais bien habitué à ce qu'il m'avertît de ne pas perdre de temps, de sorte qu'en cette matière il ne pouvait me parler obscurément.

Venite ; qui son presse i gradi , Ed agevolemente ornai si sale. Quivi mi batteô l' aie per la fronte ; Poi mi promise sicura l' andata. Il ouvrît les bras , puis les ailes , et dit: Il nous conduisit à une coupure dans le rocher ; là de ses ailes il me frappa le front , et me promit un sûr aller. Maestro, di, quai cosa grève Levata s'è da me, chè nulla quasi Per me fatica andando si riceve?

A che guardando i! Lors je fis comme ceux qui vont ayant sur la tête une chose qu'ils ne savent pas, sinon qu'en soupçon les mettent les signes d'autrui ; Ce pourquoi, pour s'assurer ils s'aident de la main, qui cherche, et trouve, et remplit l'office que ne peut accomplir la vue. Et, avec les doigts de la main droite ouverte, je trouvai seulement six des lettres que sur mes tempes celui qui tient les clefs avait gravées.

Ce que regardant, mon Guide sourit. Tout autour le ceint une corniche semblable à la première , si ce n'est que plus vite l'arc se courbe 2. On n'y voit ni images, ni sculptures ; les parois et le chemin tout unis n'offrent à l'oèil que la couleur livide de la pierre. Puis , les yeux fixés sur le soleil , il fit du côté droit le centre du mouvement, et tourna le gauche. S' altra cagione in contrario non pronta , Esser den sempre li tuoi raggi duci.

Passô gridando, ed anche non s'aflTisse. E com'io dimandai, ecco la terza Dicendo: Amate da cui maie aveste. Questo cinghio sferza La colpa délia invidia, e perô sono Tratte da amor le corde délia ferza. Tu échauffes le monde; sur le monde tu luis: L'espace qui se compte ici pour un mille nous avions déjà parcouru, en peu de temps, à cause du vif désir, Lorsque nous entendîmes, sans les voir, vers nous voler des esprits qui courtoisement invitaient au ban- quet d'amour.

Le premier qui en volant passa , à haute voix dit: Et avant que, par l'éloignement, on eût tout à fait cessé de l'entendre, un autre passa, criant: Et au même moment, voilà la troisième, disant: Maria, ôra per noi: Gridar Michèle, e Pietro, e tutti i Santi. Mais tends les yeux bien fixement à travers l'air , et tu verras, devant nous, des gens assis le long du rocher.

Lors, plus qu'auparavant j'ouvris les yeux; je regardai autour de moi , et je vis des ombres revêtues de manteaux de la couleur de la pierre. Quand nous fûmes un peu plus avant , j'ouïs crier: D'un grossier cilice ils me paraissaient couverts; chacun d'eux de l'épaule s'appuyait contre un autre , et tous contre le rocher s'appuyaient.

Perch' io mi volsi al mio Consiglio saggio. Parla , e sii brève ed arguto. Et comme aux aveugles n'arrive point le soleil , ainsi aux ombres dont je parlais tout à l'heure, ne se donne point la lumière du jour. Toutes ayant la paupière percée et cousue avec un fil de fer, comme il se fait à l'épervier sauvage , pour qu'il demeure en repos.

Ce me semblait de ma part une offense, que de m'en aller voyant autrui sans en être vu: Bien savait-il ce que le muet voulait dire; aussi, sans attendre ma demande, il me dit: Virgile venait près de moi , du côté de la corniche où l'on peut tomber, parce qu'aucun parapet ne la borde: De l'autre côté étaient les pieuses ombres, que telle- ment tourmentait l'horrible couture, que de pleurs elles baignaient leurs joues. Je me tournai vers elles, et je commençai: S'anima è qui tra voi , che sia latina ; E forse a lei sarà buon, s' io Y apparo.

Più itmanzi alquanto, che là dov'io stava ; Ond'io mi feci ancor più là sentire. Altri rimondo qui la vita ria , Lagrimando a Colui, che se ne presti. Dites-moi ce me sera une faveur précieuse si parmi vous ici est une âme Latine: Entre les autres je vis une ombre qui semblait en attente; et si quelqu'un me demandait comment, selon l'usage des aveugles. Ornai piii non ti temo: Chi t' ha dunque condotto Quassù tra noi, se giù ritornar credi? Ma più vi perderanno gli ammiragli.

Et elle à moi: Dimandal tu che più gli t'avvicini, E dolcemente, si che parli, accolo. Puis, pour me parler, ils renversèrent la tête. De la grâce qui t'est faite nous sommes étonnés, autant qu'on doit l'être d'une chose qui auparavant ne fut jamais. Per mezza Toscana si spazia Un fiumîcel che nasce in Falterona , E cento miglia di corso nol sazia. Perché nascose Questi il vocabol di quella rivera , Pur com' uom fa délie orribili cose?

De ses rives j'apporte ce corps; vous dire qui je suis serait parler en vain , mon nom encore ayant peu retenti. E buon sarà costui s' ancor s' ammenta Di ciô che vero spirto mi disnoda.

Molti di vita , e se di pregio priva. Tu vuoi ch'io mi deduca Nel fare a te ciô che tu far non vuo' mi ; 27 Ma dacchè Dio in te vuol che traluca Tanta sua grazia, non ti sarô scarso: Perô sappi ch'io son Guido del Duca.

O gente umana , perché poni il core Là Vè mestier di consorto divieto? Le dire de l'une, et la vue de l'autre me rendirent désireux de savoir leurs noms, et je les demandai avec prières. Sur quoi, celui qui le premier avait parlé, recom- mença: Lorsqu' ayant avancé nous fûmes seuls, semblable au foudre quand il fend l'air, de devant nous vint une voix: E allor per istringermi al Poeta , Indietro feci e non innanzi il passo.

Quel fu il duro camo , Che dovria l' uom tener dentro a sua meta. Déjà partout l'air était tranquille ; et lui me dit: Pour cela vous châtie celui qui voit tout.

Vespero là, e qui mezza notte era. II0 splendore assai più che di prima , E stupor m' eran le cose non conte: D'où, au-dessus de mes sourcils je levai les mains , et me fis une ombrelle qui diminuait l'excessive lu- mière. Che è quel, dolce Padre, a che non posso Schermar lo viso tanto che mi vaglia, Diss'io, e pare in ver noi esser mosso? Messo è, che viene ad invitar ch' uom saglia. Ad un scaleo vie men che gli altri eretto.

Godi tu che vinci. Voir ces choses bientôt ne te sera point une peine , mais un plaisir, autant qu'à le sentir ta nature te dis- pose. Lorsque nous eûmes joint l'Ange béni, d'une voix joyeuse il dit: Che voile dir lo spirto di Romagna, E divieto e consorto menzionando? Di sua maggior magagna Conosce il danno ; e pero non s'ammiri Se ne riprende, perché men sen piagna. Comment se peut-il qu'un bien partagé rende plus riches de soi beaucoup de possesseurs , que si de peu il était possédé?

Perocchè tu rificchi La mente pure aile cose terrene, Di vera luce ténèbre dispicchi. Si che quantunque carità si stende , Çresce sovr' essa l' eterno valore. Vidimi giunto in su V altro girone, Si che tacer mi fer le luci vaghe. Cet infini et ineffable bien qui est là-haut court à l'amour, comme le rayon au corps qui le reflète.

Autant il trouve d'ardeur, autant il se donne ; de sorte que plus s'étend la charité, plus sur elle s'épand l'étemelle vertu: Et plus là -haut il est d'âmes unies, plus à l'amour le bien se prodigue, et plus on s'aime , et comme un miroir Tun à l'autre on rend. Et si ma raison ne te rassasie pas , tu verras Béa- trice, et pleinement par elle satisfait sera ce tien désir, et tout autre désir.

Tâche seulement que soient guéries, comme déjà deux le sont , les cinq plaies que ferme la douleur. Perché hai tu cosi verso noi fatto? E corne qui si tacque, Ciô che pareva prima dispario. Che farem noi a chi mal ne disira , Se quei che ci ama è per noi condannato? Che hai, che non ti puoi tenere? Se tu avessi cento larve Sovra la faccia , non mi sarien chiuse Le tue cogitazion quantunque parve. Tu as cheminé, plus d'une demi-lieue, les yeux voilés et les jambes vacillantes , comme un homme pris de vin ou de sommeil.

Cosi frugar conviensi i pigri , lenti Ad usar lor vigilia quando riede. Questo ne toise gli occhi e Y aer puro. SOI Mais j'ai demandé, pour donner de la force à ton pied. Ainsi faut-il exciter les paresseux, lents à user de la veille , lorsqu'elle revient. Quand , peu à peu, voici venir vers nous une fumée obscure comme la nuit, et nul endroit pour s'en abriter: Elle nous priva des yeux et de l'air pur.

Una parola in tutti era ed un modo, Si che parea tra esse ogni concordia. Ed egli a me: Tu vero apprendi , E d'iracondia van solvendo il nodo. Onde il Maestro mio disse: Rispondi, E dimanda se quinci si va sue. Maître, les esprits que j'entends? Et lui à nioi: Cosi rispose ; e soggiunse: Io ti prego Che per me preghi, quando su sarai.

Per fede mi ti lego Di far ci5 che mi chiedi ; ma io scoppio t Dentro da un dubbio , s' i' non me ne spiego. Si ch'io la vegga, e ch'io la mostri altrui ; Chè nel cielo uno, ed un quaggiù la pone. Mais, je te prie, indique-m'en la cause, de sorte que je la voie et la montre aux autres: Frate, Lo mondo è cieco, e tu vien ben da lui. Che se fatica Nelle prime battaglie col ciel dura, Poi vince tutto, se ben si notrica.

In voi è la cagione, in voi si chieggia, Ed io te qe sarô or vera spia. Se guida o fren non torce il suo amore. Nullo ; perô che M pastor che précède Ruminar puô, ma non ha l'unghie fesse. Se non mi credi, pon mente alla spiga, Ch'ogni erba si conosce per lo semé. Mais qui est ce Gherardo que tu dis être resté comme un modèle de la génération éteinte , pour être à reproche à ce siècle sauvage? Dio sia con voi , chè più non vegno vosco. Cosi tornô , e più non voile udirmi.

L'Ange est là; il convient que je m'en aille avant qu'il paraisse. Ainsi, réglant mes pas sur ceux de mon Maître fidèle , je sortis de ce nuage , et retrouvai les rayons déjà morts sur les rivages bas.

O imaginative , qui tellement quelquefois nous sé- pares des choses du dehors, qu'autour de nous son- nassent mille trompettes, point ne les entendrions. Muoveti lume, che nel ciel s'informa. Par se , per voler che giù lo scorge. O regina , Perché per ira hai voluto esser nuUa? Or m' hai perduta: Te meut une lumière qui s'informe dans le ciel , ou de soi- même, ou par le vouloir de celui qui en bas l'envoie.

Près de hii était le grand Assuérus, son épouse Esther, et le juste Mardochée, également intègre dans le dire et dans le faire. Procacciam di salir pria che s'abbui, Chè poi non si poria , se il di' non riede. Je me tournais pour regarder d'où elle venait , lors- qu'une voix dit: Et m'inspira un si grand désir de voir qui me par- lait, que rien ne l'aurait pu calmer que son objet même. Mais comme il advient devant le soleil , qui éblouit notre vue et se voile de son propre éclat, ainsi ma force ici défaillait.

Maintenant , que nos pieds obéissent à une si haute invitation; tâchons de monter avant que la nuit se fasse ; après, on ne le pourrait jusqu'au retour du jour.

E tosto ch'io al primo grado fui, 25 Senti'mi presso quasi un muover d'ala, E ventarmi nel volto , e dir: Beati Pacifici, che son senz'ira mala. Fra me stesso dicea , che mi sentiva La possa délie gambe posta in tregue. Se i piè si stanno , non stea tuo sermone. L' amor del bene , scemo Di suo dover, quiritta si ristora , Qui si ribatte il mal tardato remo. Nous étions là où l'escalier cesse de monter, fixes comme le navire qui aborde la plage. Si les pieds s'arrêtent, que ne s'arrête point ton discours.

Contra il Fattore adovra sua fattura. Mon fils, commença-t-il , ni le créateur, ni la créa- ture jamais ne furent sans amour, ou naturel, ou procédant de la raison ; et tu le sais. Lé naturel toujours est exempt d'erreur; mais l'autre peut errer par le vice de l'objet, ou par trop, ou par trop peu de force. Mais, quand il se tord vers le mal, ou qu'avec plus, ou avec moins d'ardeur qu'il ne doit, il court dans le bien, contre son Créateur agit la créature.

De là tu peux comprendre que l'amour en vous doit être la semence et de toute vertu , et de toute opération qui mérite une peine.

Or, l'amour ne pouvant détourner la vue du bien de son sujet, tout être est à l'abri de sa propre haine: Et parce que nul être ne peut être conçu subsistant de soi, et séparé du premier être, celui-ci jamais ne saurait être haï. Perché di giugner lui ciascun contende.

Tel, en opprimant son prochain, espère l'excel- lence, et pour cela seul il souhaite que de sa grandeur il soit jeté bas ; Tel craint de perdre pouvoir, faveur, honneurs, renonmiée , si un autre s'élève ; et d'autant plus il s'en attriste, qu'il aime plus le contraire.

A pré- sent, je veux parler de celui qui court au bien d'une manière opposée à l'ordre. Chacun confusément conçoit un bien où l'âme se repose et le désire ; et chacun s'efforce de l'atteindre. Forse Lo troppo dimandar, ch'io fo, gli grava. Maestro , il mio veder s' avviva. Si nel tuo lume, ch'io discerne chiaro Quanto la tua ragion porti, o descriva: Et moi, que pressait encore une nouvelle soif, je me taisais au dehors , et au dedans je disais: Je te prie donc, cher doux Père, de m' enseigner quel est cet amour à quoi tu réduis toute bonne opéra- tion et son contraire.

L'âme , créée pour aimer, se porte vers tout ce qui plaît , sitôt que le plaisir l'éveille à l'action. Et si vers elle s' étant tournée , elle s'y incline , ceci est l'amour, ceci est la nature , que le plaisir unit à vous par un nouveau lien.

Quanto ragion qui vede Dir ti poss'io ; da indi in là t'aspetta Pure a Béatrice, ch'è opra di fede. Toute forme substantielle, distincte de la matière et unie avec elle , a en soi une vertu spécifique , Laquelle n'est sentie que par son opération , et ne se manifeste que par son effet , comme la vie dans la plante par le vert feuillage: Ainsi, d'où vient l'intelligence des premières notions et le sentiment des premiers objets que l'âme appète , l'homme ne le sait ; Car ils sont en vous comme dans l'abeillç l'instinct de faire le miel: Or, afin qu'à elle viennent s'unir toutes les autres, innée en vous est la vertu qui conseille, et qui doit gar- der le seuil du consentement.

Ceux dont la raison a été au fond, ont reconnu cette liberté innée , et ils ont ainsi conservé la morale dans le monde. D'où, supposé que tout amour, qui au dedans de vous s'enflamme, y naisse nécessairement , en vous est la puissance de le contenir. Par quoi , mes questions ayant reçu des réponses claires et simples, j'étais comme un homme qui, à demi endormi, rêve. Us nous eurent bientôt joints, car en courant allait toute cette grande troupe, et, devant elle, deux criaient en pleurant: Celui-ci, qui vit et certainement je ne vous mens pas , veut aller 6n haut, pourvu que le soleil nous éclaire: Volgiti in qua, vedine due Air accidia venir dando di morso.

Prima fue Morta la gente, a cui il mar s'aperse, Che vedesse Giordan le rede sue. Et celui qui en tout besoin m'avait secouru , dit: Tourne-toi par ici, et vois-en deux venir en gourman- dant la paresse. Derrière tous les autres ils disaient: E tanto d'uno in altro vaneggiai, Che gli occhi per vaghezza ricopersi , E il pensamenèo in sogno tpasmutai. Duquel divers autres naquirent, et de l'un à l'autre tant j'ondoyai, que dans le vague mes yeux se fer- mèrent. M' apparut en songe une femme bègue, aux yeux louches, courbée sur ses jambes torses, mutilée des mains , et de couleur blafarde.

Quel mi svegliôcol puzzo che n'usciva. Alraetitre Voci t' ho messe , dîcea: Je tournai les yeux, et le bon Virgile: Lève- toi et viens. Cherchons l'ouverture par où tu puisses entrer.

Déjà le jour remplissait tous les cercles du sacré mont, et nous allions, les reins tournés vers le soleil nouveau. Venite, qui si varca: Parlare in modo soave e benigno, Quai non si sente in questa mortal marca. Qui lugent affermando esser beati , Ch' avran di consolar Y anime donne.

La Guida mia incominciô a dirmi, Poco ambedue daU'Angel sormontati. Gon tanta suspizion fa irmi Novella vision ch' a se mi piega , Si ch'io non posso dal pensar partirmi. Vedesti come Tuom da lei si slega? Ouvrant ses ailes, semblables à celles du cygne, celui qui ainsi nous avait parlé, nous dirigea en haut entre les parois du dur rocher. Que cela te suffise, et de tes talons frappe la terre: Ond'elli m'assenti con lieto cenno Ciô che chiedea la vista del disio. Perché i nostri diretri Rivolga il cielo a se , saprai: Ma, come fatto fui Roman Pastore, Gosl scopersi la vita bugiarda.

Né più salir potiesi in quella vita: Perché di questa in me s'accese amore. Qui tu fus, et pourquoi vos dos sont tournés en haut, dis-moi, si tu veux que je t'obtienne quelque chose là d'où je suis parti vivant.

Or, çome vedi, qui ne son punita. Solo ascoltando, del mio riverire: Per vostra dignitate Mia coscienza dritta mi rimorse. Wi' t Jusque-là misérable et séparée de Dieu fut mon âme tout avare: Comme toi et comme les autres, d'une seule Puissance je suis le serviteur. Tes paroles ne seront point sans récompense , si je reviens accomplir le court chemin de cette vie qui vole vers son terme.

Di me son nati i Filippi e i Luigi, Per cui novellamente è Francia retta. Ultimamente ci si grida: Crasso, Dicci, chè '1 sai, di che sapore è Toro. Non dubbiar, mentr' io ti guido. Enfin, ici Ton crie: Crassus, dis -nous, puisque tu le sais, quel goût a l'or? Nous avions quitté cet esprit, et nous tâchions de gagner du chemin autant que nos forces nous le per- mettaient , Lorsque je sentis trembler le mont comme une chose qui tombe: Puis retentit de toutes parts un cri tel , que le Maître se tourna vers moi, disant: Fin che '1 tremar cessô , ed ei compièsi.

Ne per la fretta dimandare er' oso. Ne per me 11 potea cosa vedere. Cosi m' andava timido e pensoso. Nous demeurâmes immobiles et en suspens, comme les pasteurs qui les premiers ouïrent ce chant 28, jus- qu'à ce que, le tremblement ayant cessé, le chant aussi cessa.

Puis nous reprîmes notre route sainte, regardant les ombres qui gisaient à terre , et qui déjà étaient retournées aux pleurs accoutumés. Que n'était celui qu'en ma pensée il me semblait alors avoir ; et, à cause de la hâte, je n'osais deman- der, et là par moi-même je ne pouvais rien voir: Ainsi je m'en allais timide et pensif.

Frati miei , Dio vi dea pace Noi ci volgemrao subito , e Virgilio Rende lui '1 cenno ch'a ciô si conface. Nous ne l'avions point aperçue, de sorte que la première elle parla , Disant: Nel beato concilio Ti ponga in pace la verace corte , Che me rilega nell' eterno esilio. E il Dottor mio: Se tu riguardi i segni Che questi porta e che TAngel proffila , Ben vedrai che co' buon convien ch' e' regni.

Ce pourquoi je fus tiré de la large gueule de TEnfer pour le guider, et je le guiderai aussi loin que le pourra mon savoir. Mais dis-nous , si tu le sais , pourquoi de telles secousses ont ébranlé le mont, et pourquoi tous en- semble ont paru jeter le même cri , jusqu'à son humide pied. Ainsi demandant, il toucha tellement le but de mon désir, que par l'espérance un peu apaisée fut ma soif.

Gosa non è che sanza Ordine senta la religîone Délia montagna , o che sia fuor d'usanza. Di quel che '1 cielo in se da se riceve Esserci puote , e non d' altra cagione: Nulle sèche vapeur ne monte plus haut que le som- met des trois degrés dont je parlais, où le vicaire de Pierre a ses pieds. Corne fu al peccar, pone al tormento. Omai veggio la rete Ché qui vi piglia , e come si scalappîa , Perché ci tréma, e di che congaudete.

V Ora chî fosti piacciati ch'io sappia ,. E, perché tsgiti secoli giaciuto. Qui s;e', nelle parole tue mi cappia. Et le sage Guide: Qu'il te plaise maintenant que je sache qui tu fus; pourquoi tant de siècles tu as été ici gisant, je l'ai compris par tes paroles.

Senz'essa non fermai peso di dramma. Perché T ombra si tacque, e riguardommi Negli occhi, ove '1 semblante più si ficca. Le rire et les pleurs suivent tellement la passion qui les excite , qu'ils n'obéissent point au vouloir, et moins encore chez les plus vrais. Je souris donc, comme celui qui fait signe: L'una mi fa tacer, l'altra scongiura Ch'i' dica; ond'io sospiro, e sono inteso.

Forse che tu ti maravigli,. Antico spirto, del rider ch'io fei ; Ma più d'ammirazion vo' che ti pigli. Frate, Non far, chè tu se' ombra, e ombra vedi. Or puoi la quantitate Comprender dcU'amor ch' a te mi scalda , Quando dismento nostra vanitate , Trattando Y ombre corne cosa salda.

Celui-ci, qui en haut guide mes yeux , est ce Vir- gile, à qui tu dois d'avoir chanté avec éclat les hommes et les Dieux. Si tu as cru que mon sourire eût une autre cause , tiens-la pour fausse , et attribue-le à ce que tu as dit de lui. Déjà il s'inclinait pour baiser les pieds de mon Maître; mais celui-ci lui dit: Et lui se relevant: Ed io, più lievç che per Y altre foci , M'andava si, che senza alcun labore Seguiva in su gli spiriti veloci: Ainsi, du moment où parmi nous dans les limbes de l'Enfer descendit Juvénal , qui me révéla ton affec- tion.

Î87 La mienne fut la plus vive qu'on puisse ressentir pour une personne qu'on ne vît jamais ; de sorte que courts maintenant me paraîtront ces escaliers.

Mais dis- moi, et, comme ami, pardonne si par excès de confiance trop je lâche le frein, et conrnie ami désormais discours avec moi. Comment put l'avarice trouver place en ton sein , soigneusement rempli , comme tu Tétais , de toute sagesse? Ces paroles provoquèrent d'abord en Stace un léger rire, puis il répondit: Tu prima m' inviasti Verso Parnaso a ber nelle sue grotte, E poi appresso Dio m'alluminasti.

Secol si rinnova; Torna giustizia e primo tempo umano; E progenie discende dal ciel nuova. Ma perché veggi me' ciô ch' io disegno , A colorar distenderô la mano. Mais pour que mieux tu discernes ce que je dessine, ma main y apposera les couleurs.

E questa tiepidezza il quarto cerchio Cerchiar mi fe più che '1 quarto centesmo. Dimmi se son dannati, ed in quai vico. Cette tiédeur m'a, plus de quatre cents ans, retenu dans le quatrième cercle. Varron, si tu le sais; dis-moi s'ils sont condamnés , et à quelle demeure. Déjà les deux Poètes se taisaient, de nouveau atten- tifs à regarder autour, hors désormais de la montée et des parois; Et déjà quatre des servantes du jbu! Et ils allaient devant, et rtioi seul derrière, écoutant leurs discours, qui me doimaient Tintelligence de la poésie.

Et comme le sapin, de rameau en rameau, se ré- trécit en s' élevant, ainsi cet arbre en descendant, afin, je crois, que dessus nul ne monte. Di questo cibo avrete caro. Piii pensava Maria, onde Fosser le nozze orrevoli ed intere, Ch'alla sua bocca, ch'or per voi risponde. Les deux Poètes s'approchèrent de l'arbre, et d'au dedans, à travers le feuillage, une voix cria: Ombre che vanno , Forse di lor dover solvendo il nodo.

Je tournai le visage, et non moins vite mes pas, vers les sages, qui parlaient de sorte que point ne me coûtait l'aller. Ecco La gente che perde Gerusalemme, Quando Maria nel figlio diè di becco. Chi nel viso degli uomini legge omo , Ben avria quivi conosciuto l'emme. Toutes avaient les yeux ténébreux et caves, la face pâle, et le corps si décharné, que sur les os la peau se collait.

Je ne crois pas que le jeûne eût desséché Érésich- thon 2 jusqu'à une si mince pellicule , lorsqu'à sa faim il ne resta qu'elle. Je disais, pensant en moi-même: Les orbites ressemblaient à des anneaux sans gem- mes. Quai grazia m'è questa? Parle sans tar- der. Dis- moi donc, au nom de Dieu, ce qui ainsi tous effeuille: Forese, da quel di' JNel quai mutasti mondo a miglior vita, Cinqu'anni non son volti insino a qui.

Ancora Io ti credea trovar laggiù di sotto, Dove tempo per tempo si ristora. Si tosto m' ha condotto A ber lo dolce assenzio de' martiri La Nella mia col suo pianger dirotto. Si en toi cessa le pouvoir de pécher, avant que survînt l'heure de la bonne douleur qui nous remarie à Dieu , Comment ici -haut es -tu venu? Se ti riduci a mente Quai fosti meco e quale io teco fui, Ancor fia grave il memorar présente.

Costui per la profonda Notte menato m' ha de' veri morti, Con questa vera carne che il seconda. Quivi convien che senza lui rimagna. Par la profonde nuit des vrais morts il m'a guidé, avec ce vrai corps qui le suit. De là son secours m'a conduit en haut, montant autour de la montagne qui vous redresse, vous que le monde a déformés.

Il dit quMl m'accompagnera jusque-là où je trou- verai Béatrice: Virgile est celui-ci, qui ainsi m'a dit. Et je l'in- diquai du doigt. Cet autre est l'ombre pour qui naguères se sont ébranlés tous les rochers de votre royaume , Qui de soi Ta repoussée. Si come nave pinta da buon vento.

Et moi, continuant mon jliscours, je dis: Mais dis-moi, si tu le sais, où est Pîccarda; dis- moi si à noter est quelqu'un parnii cette gent qui tant me regarde?

Qui non si vieta Di nominar çiascun, da ch'è si munta Nostra senibianza via per la dieta. Dal Torso fu , e purga per digiuno L' anguille di Bolsena e la vernaccia. Mais, comme celui qui regarde, et ensuite préfère l'un à l'autre, ainsi préférai -je celui de Lucques, qui paraissait me connaître davantage. Se nel mio mopporar prendesti çrrpiie, Dichiareranti ancor le cose vere. E quasi contentato si tacette. Et comme celui qui est las de courir, laisse aller ses compagnons, et doucement va, jusqu'à ce que la poi- trine ait cessé de haleter; Ainsi Forésé laissa passer le saint troupeau, et der- rière moi il venait , disant: Je vis dessous des gènfe élever les 'riiains , et crier je ne sais quoi vers le feuillage , centime defs enfants pressés d'une faibi vaine , Qui prient , et le prié ne répond pas , maïs, pour aiguiser leur envie, tient haut ce qu'ils désirent , et ne le cache point.

Subita voce disse; ond'io mi scossi, Corne fan bestie spaventate e poltre. S'a voi piace Montare in su , qui si convien dar volta ; Quinci si va chi vuole andar per pace. Beati cui alluma Tanto di grazia, che l'amor del gusto Nel petto lor troppo disir non fuma , Esuriendo sempre quanto è giusto.

Et tel qu'annonçant l'aube, le doux vent de mai glisse, tout imprégné du parfum de l'herbe et des fleurs ; Tel sentis-je sur mon front passer un souffle, et bien sentis-je s'agiter les plumes d'où s'exhale l'odeur d'ambroisie ; Et dire j'entendis: Scocca V arco del dir, che insiiio al ferro hai tratto. Corne si puô far magro Là dove Tuopo di nutrir non tocca? Lors, rassuré, Jouvrîs la bouche, et aMumençai: Et si tu pensais comment , vous mouvant , se meut dans le miroir votre image , ce qui te parait difficile te paraîtrait aisé K Mais pour qu'en repos tu sois jusqu'au fond de ton vouloir, voici Stace: Par quoi , il nous fallait aller le long du côté ouvert, un à un ; et d'ici je craignais le feu, de là je craignais de tomber.

Et je vis dans la flamme des esprits qui allaient ; et je regardais à leurs pas et aux miens , partageant la vue tour à tour entre l'un et l'autre. Cette hymne finie , à haute voix ils criaient: Et de nouveau l'ayant finie , ils criaient: Guarda; giovi ch'io ti scallro.

Ed io facea con T ombra più revente Parer la fiamma, e pur a tanto indizio Vidi molV ombre, andando , poner mente. Questa fu la cagion che diede inizio Loro a parlar di me ; e cominciarsi A dir: Celui non par corpo fittizio.

Le Soleil , qui déjà de ses rayons remplissant l'Occi- dent, répandait sur l'azur du ciel une teinte blanche, me frappait l'épaule droite ; Et mon ombre faisait paraître la flamme plus rouge ; et en allant je vis plusieurs ombres attentives à cet indice. Ce fut la cause pourquoi elles commencèrent à parler de moi, et à dire: Prima che '1 prîmo passa 11 trascorra, Sopraggridar ciascuna s'affalica: Par le milieu du chemin embrasé venait, à ren- contre de celle-ci, une troupe qui attira mes regards.

Là je vis des deux parts les ombres se hâter, et se baiser l'une l'autre sans s'arrêter, contentes d'une brève caresse. Ainsi dans leur brune file, les fourmis museau à museau s'approchent l'une de l'autre, peut-être pour s'enquérir de leur route et de leur fortune.

Nella vacca entra Pasife, Perché il torello a sua lussuria corf a. Ua La tfoupe nouvelle: Et se rapprochèrent de moi, comme auparavant, ceux qui m'avaient prié, se montrant de visage atten- tifs à écouter. Moi qui deux fois avais vu leur désir, je commen- çai: D'ici en haut je vais pour cesser d'être aveugîe: Mais et que bientôt soit rassasié votre plife rand désir, de sorte que vous ouvre ses demeurée le ciel plein d'amour, qui sans fin se dilate dans l'espace!

Comme le rustique et grossier montagnard stupé- fait se trouble, et regardant reste muet, lorsqu'il entre dans une ville ; Ainsi en sa contenance se montra chaque ombre: Et sans écouter ni parler, pensif, longtemps j'allai le regardant, et à cause du feu je ne m'approchai pas plus.

Li dolci detti vostri Che, quanlo durera Tuso moderno , Faranno cari ancora i loro inchiostri. Più non si va , se pria non morde, Anime santé, il fuoco ; entrate in esso, Ed al cantar di là non siate sorde.

Hors de la flamnie, sur le bord il se tenait, et chan- tait: Ed io pur ferme, e contra coscienza. Vers moi se tournèrent mes bons Guides , et Virgile me dit: Si sur Géryon même, sauf je te guidai , que ferai -je maintenant que je suis plus près de Dieu? Tiens pour certain que, fusses-tu mille ans dans le sein de cette flamme, elle ne pourrait te dépouiller d'un cheveUé Et si peut-être tu crois que je te trompe , approche- toi d'elle , et que tes mains en fassent l'épreuve avec le bord de ta robe.

Dépose désormais, dépose toute crainte; avance, et vas avec confiance. Volemci star di qua? Gli occhi suoi già veder parmi. Sur quoi il secoua la tête , et dit: Ensuite il sourit, comme on sourit à l'enfant que séduit une pomme. Puis, devant moi il entra dans le feu, priant Stace , qui auparavant nous avait longtemps séparés', de venir derrière.

Quand je fus dedans, je me serais jeté dans du verre bouillant pour me rafraîchir, tant Tardeur était là sans mesure. Cependant le doux Père, pour me conforter, en allant parlait de Béatrice , disant: Silencieuses à Tombre, tandis que le Soleil darde ses feux, gardées par le pasteur qui, appuyé sur sa houlette , veille à leur sûreté ; Et tel te berger qui loge dehors, tranquille passe la nuit près de son troupeau , attentif à ce que point ne le disperse la bête féroce: Ainsi ruminant, et ainsi les regardant, me prit le sommeil, le sommeil qui souvent, avant qu'il soit, sait ce qui sera.

A rheure, je crois, où, sur le mont, commença à luire Cythérée, qui du feu d'amour toujours! Ces paroles m'adressa Vnrgile , et amais don ne fit un plaisir égal. Tant désir sur désir il me vint d'être en haut, qu'à chaque pas, ensuite, pour voler je me sentais croître les ailes.

Lorsque tout l'escalier, au-dessous de nous, eut été parcouru, et que nous fûmes sur la dernière marche, Virgile sur moi fixa ses yeux , Et dit: Par industrie et par art ici je t'ai amené ; prends maintenant ton bon plaisir pour guide: Vois le Soleil qui reluit devant toi ; vois l'herbe, les fleurs et les arbustes que cette terre produit d'elle- même. N'attends plus mon dire, ni mon signe: Déjà mes pas lents m'avaient porté si avant dans l'antique forêt, que je ne pouvais plus voir par où j'étais entré, Quand voilà que d'aller plus loin m'empêcha un ruisseau dont, vers la gauche, les petites ondes ployaient l'herbe croissant sur ses bords.

Là, comme apparaît subitement une chose qui, émerveillant, détourne de toute autre pensée, m'ap- parut Si appressàndo se, che '1 dolce suono Veniva a me co' suoi intendimenti. Dès qu'elle fut là où de ses ondes le beau fleuve baigne l'herbe, de lever les yeux elle me fit la fa- veur. Sur l'autre rive, à droite, elle souriait, cueillant de ses mains les fleurs que la profonde terre produit sans semence. Beali, quorum tecta sunl peccata. Longtemps ainsi nous n'avions pas cheminé , quand la Dame vers moi se tourna , disant: Che cosa è questa?

Tandis que ravi j'allais à travers tant de prémices du plaisir éternel , et désirant plus dt j ttes encore , Devant nous l'air devint tel qu'un feu arddnt , sous les verts rameaux ; et déjà , eomine un chant , le doux son était entendu: Perché pur ardi SI neU'affetto délie vive luci, E ciô che vien diretro a lor non guardi?

Je me tournai , plein d'admiration , vers le bon Vir- gile ; et il me répondit par un regard non moins plein de stupeur. La Dame me gourmanda: Benedetta tue Nelle figlie d'Adamo , e benedette Sieno in eterno le bellezze tue.

Lorsque je fus sur ma rive en un endroit où je n'étais plus distant que de la largeur du fleuve, je suspendis mes pas pour mieux voir: Ces étendards se prolongeaient en arrière, au delà de ma vue, et, à mon jugement, ceux d'en dehors étaient l'un de l'autre distants de dix pas.

Sous ce beau ciel que je décris, venaient, deux à deux , vingt-quatre vieillards couronnés de lis. Comme dans le ciel une lumière suit une autre lumière , vinrent après eux quatre animaux couronnés de vert feuillage. Chacun d'eux avait six ailes, dont les plumes étaient pleines d'yeux ; et tels, s'il vivait, seraient les yeux d'Argus. A décrire leurs formes, plus, lecteur, ne dépense- rai -je de rimes; car tant me presse une autre dé- pense, qu'en celle-ci je ne puis être prodigue.

Mais lis Ézéchiel, qui les dépeint comme il les vit venir de la froide région, avec le vent, avec la nuée, dî avec le feu: Elles paraissaient conduites tantôt par la blanche , tantôt par la rouge, et les autres sur son chant réglaient leur aller lent ou vif.

Après ce groupe, je vis deux vieillards dissem- blables de vêtement, mais de contenance pareille, tous deux modestes et graves. Giurato avria poco lontano aspetto , Che tutti ardesser di sopra da' cigli: Et ces sept étaient vêtus de la première robe 22, mais autour de la tête ils n'avaient point de couronne de lis , Mais de roses et d'autres fleurs vermeilles.

D'un peu loin, on aurait juré qu'au-dessus des sourcils tous étaient en feu. Et quand le char fut vis-à-vis de moi, un tonnerre fut ouï: Benedictus , qui venis; E, fior gittando di sopra e d'intorno , Manibus o date liliaplenis. Sans davantage la reconnaître des yeux , par une vertu occulte qui d'elle émana, de l'ancien amour sentit la grande puissance. Men che dramma Di sangue m' è rimasa, che non tremi: Conosco i segni dell'antica fiamma.

Mais Virgile noua avait laissés, Virgile, très- doux père , Virgile à qui , pour mon salut , elle me confia: Non sapei tu, che qui è l'uom felice?

Tanta vergogna mi gravô la fronte. Quoique le voile qui descendait de sa tète, ceinte du feuillage de Minerve , ne permit pas de la voir à découvert. D'une contenance royalement altière elle continua , comme celui qui, disant, réserve pour la fin les paro- les les plus vives: Comment as- tu daigné t'approcher du mont?

Tua confession conviene esser congîunta. Elle attendit un peii, pds elle dit: E quando per la barba il viso chiese , Ben conobbi il velen dell' argomentû.

Là tellement me piqua l'ortie du repentir, que de toutes les autres choses, celle qui me détourna le plus dans son atnour, je h pris le plus en haine. Quand je fus près de l'heureuse rive. La belle dame ouvrit les bras, et m'embrassant la la tête, me plongea où il convenait que je busse l'eau: Fa che le viste non rispanni ; Posto t' aveoi dinanzi agli smeraldî , Ond'Amor già ti trasse le sue armi.

Or con uni , or con altri reggimenti. Gomme le soleil dans le miroir, ainsi l'animal double rayonnait dedans, offrant tantôt un aspect et tantôt un autre Pense, lecteur, si je m'étonnais, voyant l'objet demeurer le même, et son image changer.

Tandis que, pleine de stupeur et de joie, mon âme goûtait de cet aliment, qui, rassasiant de soi, de soi renouvelle la faim ; Par leur démarche se montrant de la plus haute tribu 2i, les trois autres s'avancèrent en chantant leur angélique carole. Qui , tant eût -il pâli sous les ombres du Parnasse, ou bu à ses fontaines , Ne paraîtrait impuissant d'esprit, s'il tentait de te peindre telle que tu apparus là où le ciel t'enveloppe d'harmonie et de fleurs.

latina gros cul maitresse anais

Latina gros cul maitresse anais -

Siamo noi tenuti ad ac- quistare. Come puo la madré ben condurro Veducazione morale délie sue fi- glie î Risposta. Locke, qui le premier, après Hobbesproposa ce douteélait bien loin d'en faire un axiome. Nel beato concilio Ti ponga in pace la verace corteChe me rilega nell' eterno esilio. Allusion à des fraudes qui eurent lieu de son temps: JrovBQçoi croyez-vous que nous avons des devoirs envers nous-mêmes? Mais Dieu n'a sûrement paa besoin d'un culte extérieur pour être adoré.

Blsposta, Li primi elementi non pbssono esser etemi , cioè esistenti da loro stessi. V, che lordine non puo esser prodotto che da una somma intelligenza. Or poss' io ragione- volmente immaginare una catena in cui mamca il primo anello? V , que l'ordre ne peut être produit que par une si: Dans l'hypo- thèse donc de 4'étemité.

Je puis bien concevoir que les premiers élémens ne peuvent être détruits , parce qu'ils ne peuvent être le sujet d'aucune division y mais je défie les esprits les plus fins de pouvoir se persuader comment ils pourraient être étemels ; si je ne dois , en cette ma- tière , raisonner que par ce que je vois , je suis obligé d'avouer que tout ce qui existe est une chaîne non interrompue de causes et defTets.

I strettamente ligato nella grande scala degU I esseii ; se ciocch' è efFetto per rapporto a questa causa , è causa per rapporta ad un' effetto subordinato posso io mai immaginare un progresse di cause e d'effetti ail' in i- nito? Siccome trovo che la gallina fa 1 uova , e ruovo fa la gallina , cosi naturalmente son portato a domandarmi: Sento dun- que che un certo istinto naturale , cioè la voce délia ragione mi costringe ad ammettere ' un' essere supremo , una prima cagione.

Si tout se tient étroitement lié dans la grande échelle des êtres ; si ce qui est effet par rapport à cette cause , est cause par rapport à un autre effet subordonné , puis-je jamais imaginer une progression de causes et d'effets jusqu'à l'infini? Cjhe intendete per pruove morali l Risposta. Quelle che deiÎTano dal con- senso deUe genti , e da quel sentimento naturale che in duce tutti gli uomini in società ad àmmettere.

Di quai peso è il consenso délie genti in taie materia? La prima volta che l'Ateo discese nell' arena délia ragione per combattere il teista. Le consentement de tous les peuples , dans une pareille matière , est autant valable pour démontrer l'existence de Dieu, qu un instinct général chez tous les animaux est propre à démontrer que leurs actions sont naturelles.

La generalità d una opi- ïïîone ncm pû6 esser inlanto tma pruîova délia di Jei verità. Quante idée ricevute ttniversalrnentc da tutti gli ttomini , si sona in seguito trovate false? Cicéron , qui dou- tait de tout , hors des vérités étemelles de la nature j ' regardait ce consentement unanime des nations cotnme la preuve la plus triom- phante de l'existence de Dieu.

Cependant -la généralité d'une opinion n est pas-toujours une preuve de sa vérité. L'opinion générale sur l'existence de Dieu ne pourrait-elle pas subir le même sort l Réponse. Toute opinion qui n'est pas es- sentiellement opposée à la physique ou à la raison , doit être vraie par le seul motif qu'elle est universelle. Je sais qu'en d'autres temps Tom. Vunwerso ha le sue leggi ; dalla cui armonïa n è prodottQ r.

Outre cela la notion dune première cause,' loin d'être contraire à la physique et à la raisoit y n'est basée que sur ces deux pivots. Quant aux hommes qui ont nié cette vérité , nous démontrerons ci - après , art.

IV , des athées , quel cas on doit faire de leur autorité. Pour ce qui regarde les nations qui ont été accusées d athéisme , il est aisié de démontrer que cette imputation est calom- nieuse.

Je sais que Locke et Bay le nous ont transtiiis une longue dénomination de peuples athées; mais en vérifiant les auteurs cités par ces deux critiques , on verra aisément que les critiques et les auteurs ont tous conspiré à calomnier le genre humain. Parce que , par exemple , le P. Martini a dit que les Chinois , malgré la richesse de leur langue , n ont aucun mot pour désigner Dieu , on a cru que les Chinois étaient des athées ; mais i.

Ma questi negri non sono atei ; essi adorano realmente il loro re che credono figlio del sole e fra- tello délia luna. Corne dunque sulle relazioni di questi viaggiatori visionarj , o dakuni mercanti ignoranti che andavano a comprar dello zuccaro , o a far corn- mereio d'uomini , vuol giiidicarsi delF ac- cusa d ateismo , la più grave e la più im- portante che possa farsi ad una nazione î L'ateismo in jfine suppone una lunga catena d argomenti falsi. Mais ces nègres ne sont pas athées ; ils adorent réellement leur roi 9 qu'ils croierit fils du soleil et frère de la lune.

L'athéisme d'ailleurs suppose une longue chaîne de raisonnemens faux. L'imputazione d ateismo è ella meno calunniosa per rapporte aile antiche nazioni? Il volgo crède generalmente che gli antichi siano stati idolatri, ed il volgo calunnia gli antichi.

Quesia credenza pura e semplice 1. Le peuple croit généralement que les anciens étaient des idolâtres , et le peuple calomnie les anciens. Les sages des siècles les plus reculés n'ont été que théistes ; le peuple qui ne raisonne pas n'est ni idolâtre. Bisogna finalmente che gli atei conyen- gano che questo consenso unanime degli uomini sulFesistenza di Dio , è un fatto , poichè il di loro patriarca , l'autore del sistema délia natima , non ha potuto fare a meno di convenime fi.

Système de la nat. Il faut enfin que les athées conviennent que ce consentement unanime des hommes sur 1 existence de Dieu , soit un fait , car leur patriarche , l'auteur du système de la nature , s est vu obligé den convenir i.

Pare pero-, daquel ché avetê detlo , che non vi siano che gli astronomi ed i naturalisa , che possano esser convinti deir esistenza di Dio , poichè per provaria bisognano tanti ragionamenti. Per persuadersi dell' esistenza d uu' essere supremo non fa d'uopo essere ne astronomo , ne.

L'uso délia sxia, ragione , ed anche quello de' suoi sensi lo fanno communicare con Dio per l'intermezzo delF universo. Pour se persuader qu'il existe iixi être suprême , il tie faut être 'ni astronome,' ni philosophe.

Luomo fe- lice brama di veder côntinuare la sua félicita ; luoino svexiturato spera di trovarla nel seuo délia divinità che lo proteggg.

Malgré les sophismes absurdes par lesqûeli lathée croit terrasser: Che 1 Délie leggi umane per governare gli uoinini! Et de quel droit moA semblable' viendrait -il m'imposer la loi et enchaîner ma liberté? Les lois civiles ne sont justes qu'autant qu'elles sôiit cbn- formes à ce droit. Si elle était l'ouvrage des hommes elle cesserait d'être telle.

Donc un législateur suprême , éternel et inunuable existe, puisqu'il y a une justice naturelle , dont le scélérat et le pervers cher- chent en vain à détruire ks germes. Il maie fisico non esiste per l'uomo savio. Esso non è clie un feno- meno naturale il quale non prende il nome di maie, che allorquando contraria i nostri interessi , e rovescia i nostri progelti. In se slessa non è che un anello délia gran calena délie molle che servono allarmonia dçgli esseri.

Questa varietà di forme , e la maniera di passare. Le mal physique n'existe pas pour l'homme sage. Il n'est qu'un phénomène na- turel qui ne prend le nom de mal que lorsqu'il contrarie nos intérêts et renverse nos projets: Cette variété de formes, et la manière de passer d'une forme à l'autre , se disent communément maux physiques, lesquels , aux yeux de l'homme qui pense , ne sont que des phénomènes. Quant au mal moral , il dépend de cet apanage sublime de l'homme , qu'on appelle liberté.

Si vous la lui ôtez , il n'aura plus de droit à la vertu. Le plus sage des Athéniens est accuse d avoir mal parlé des Dieux ; laréopage le condamne à mourir. Quel sera le juge entrg Athènes et Socrate î ce même Dieu qu'Aris- tophane blasphème ei;i le défendant , et que le philosophe défend en mourant. Ainsi le sage , en buvant la ciguë , se croit plus heureux que les pâles calomniateurs qui I9 lui présentent.

Dell' essenza di Dio. Dio è ciocchè è. Questa definizione è troppo oscura ; spiegate più chiaramente la natura di Dio i? Se io potessi giungere a pêne- trare ed a spiegare lessenza e la natura di Dio sarei tosto suo eguale , ed egli cesserebbe d'esistere. Il Re parve sorpréso delPim- barazzo di Simonide , ma il filosofo risposegli: Corne voleté cke sciolga un probUma se mi mancano i dati?

Dieu est ce qui est. Le roi parut surpris de Tem- barras de Simonide ; mais le philosophe lui répondit: Bisogna che il grande ar- çhitetto de' mondi abbia per lui délie proporzioni di grandezza , corne la statua che lartista vuol situare suUa sua base. Quindi, il popolo che si rappresenta Dio sotto la figura d'un' uomo , l'ha dotato di lutte le debolezze e di tutte le virtù di quest' ultimo: Il faut que, le grand architecte des mondes ait pour lui des proportions de grandeur comme la statue que l'article veut placer 3ur sa base.

Il faut une phik Sophie trop abstraite pour mesurer un être éternel et infini ; ou , pour mieux dire , ces connais- sances sont recueil de la philosophie.

Perche credetc si difficile di definire Tessenza di Dia? La iisica , per esempio , che rende conlo , con tanta chiarezza , de' fenomeni deli' elettricità , non ha potuto scoprire la natura delF ele- mento che li produce. L astronomo il quale ha trovato che tutto gravita nell' universo, non ha potuto mai spiegare donde nasca la forza di gravitazione , e da dove venga l'altra di projezione che fa descrivere ai pianeti le loro ellissi.

Non sarebbe dunque più semplice di dire a noi medesimi: Molti filosofi , perô , han prêt eso définir la natura di Dio ; queste loro dcfinizioni sono essQ esatte? Parce qu'il semble que llnlel- ligence de rhomme , qui calcule si bien les merveilles des productions de la nature , est trop limitée pour en analiser les principes. L'astronome , qui a trouvé que tout gravite dans l'univers , n a jamais pu expliquer d'où naît la force de gravitation , et d'où vient l'autre force de projection qui fait décrire aux planètes leurs ellipses.

Ne serait-il donc pas plus simple de nous dire à nous-mêmes: Cependant beaucoup de philosophes ont essayé de définir la nature de Dieu ; leurs définitions sont-elles exactes î Réponse. Questi filosofi ban detto: Ma quale idea abbianio noi dell' infinito î ]E egU forse una progressione illimitata del finito?

Non è egU che una negaziene del finito? N'est-ce qu'une négation du fini? L'ateo non potrebb' eglr profittarne dicendo. Mais Tétemité nest, pour notre entendement, quo rinfini en durée , ce qui est aussi impossible k être conçu que Tinfini en espace. Disons plutôt que la nature et la raison nous persuadent que Dieu n'a pu commencer et qu il ne saurait finir.

Arrêtons-nous à cette idée , et craignons de nous enfoncer dans la région des chimères, où ne pourraient voyager que les ariostes de la métaphysique. Ce système de prudence est surtout néces- saire aux femmes dont l'imagination vive et ardente ne connaîtra plus de bornes si elle a le malheur de s avancer dans locéan des abs- tractions ; et les femmes risqueront alors de devenir incrédules ou superstitieuses. Il paraît par vos raisonne- mens que Dieu n est qu'une qualité occulte.

Les athées ne pourraiçnt-ils pas en profiter, en disant: Non è egli più sicuro e piii naturale di dire in taie materia con Socrate: Questa verità è il grido délia natura ed il trionfo délia ragione.

Parletais-je avec justesse si je disais: Nous ignorons quelle est la nature de Tètre suprême qui gouverne l'univers , mais l'édi- fice existe 9 et sa vue dépose en faveur de l'existence de l'architecte.

Cette vérité est le cri de la nature et le triomphe de la raisen. Appuïito perche Tuniverso è un gran pro- blema , deve necessariamcnte esistere un' essere suprême che puo scioglierlp i. Gli antichi non jpotendo spiegare lorigine del maie sia mo- rale , sia fisico , Tattribuirono ad un' altro principio.

In tal modo , per fare Dio giusto , Fhan distrulto , o almeno fallo inconseguente. Moite nazioni furono generalmente in questo crrore. La Persia adorava il principio del i In Egitto si adorava Iside; ai piedi delta sua statua era scrirto: Allah Illah , Mehemet Baipul Illah: Dio è Dio , e Maometto è suo profeta. Quel est lattribut essentiel de Dieu le plus à la portée de notre enten- dement? Les anciens , ne pou- vant expliquer lorigine du mal , soit moral i soit physique , lattribuèrent à un autre prin- cipe.

Ainsi , pour faire Dieu juste , ils l'ont détruit , ou du moins ils Font fait inconsé- quent. La Perse adorait le principe du bien i Dans TEgypte on adorait Isis ; aux pieds de sa statue il était écrit: Ces définitions de l'es- sence de Dieu sont plus dignes de lui que toutes les phrases incompréhensibles des visionnaires.

Manete ridussa quindi in sislema tult' i différend soflsmi. Possono ridursi a' segnenti: I P Ciocch' è principio debb' essere unico , se ha un' eguale , ambidue non sono stati mai principj j ae il Dio del piale è subor- dinato al Dio del bene , o questo a quelle , cessa toslo d'esser principio. Or , nel sistema de' due principj , mentre un genio agirebbe , laliro sarebbe costretlo di restare neirinazione. Manès vint erisuite réduire en système tous les. N 'était-il pas plus simple d.

Uspeuventètre réduits aux suivans; i. Si le Dieu du mal est subordonné au Dieu du bien , ou ce dernier au premier , il cesse aussitôt d'être principe. Dio esiste ; egli è solo ; le persone savie si tacciono suUa sua natura e suUa sua essenza , e la specie umana debb' adorarlo in silenzio. Chi mai pub définir rente supremo? La mente si confonde in questo arcanô.

Qu'on fasse combaltrje le deux piîncipes , il n y aura que le vainqueur qUi sera Dieu ; mai? Le Dieu du bien verrait régner le mal sans pouvoir s y opposer , et le Dieu du mal verrait régner le bien malgré lui. Dieu existe ; il est seul ; les personnes sages se taisent sur sa nature et sur son essence , et Tespèce humaine doit ladorer en silence.

Loin de rien décidei de cet être suprême, Gardons, en l'adoiant, un silence profond. Gli atei di questa specie sono essi in gran numéro? Siccome fa d uopo d una lunga série di sofismi perché l'uomo gîuqga a formarsi un tal sistema , cosi i veri atei sono e saranno sempre in picciolissimo nu- méro. Bisogna necessariamente aver per lunga tempo abusato délia propria ragione per per- i.

Les athées de cette espèce sont-ils en grand nombre! Comme il faut une longue suite de sophismes pour que l'homme parvienne à se former un tel s3'sCcme y les vrais athées sont et seront toujours en très-petit nombre.

Tra la folla deglî atei modem! I07 persuader que les effets puissent exister sans leurs causes , et que Tordre puisse être sans un principe. Concios- siacchè lateismo , nel rovesciaie la base de' doveri. De quel poids doit cire en morale l'autorité de ces hommes î Réponse. L'homme qui abuse de sa raison pour tromper ses semblables , en leur ôtant leur Dieu , est un frénétique qui ne pense qu'à détruire ; parce que 1 athéisme , en ren- versant la base des devoirs moraux et de la justice naturelle , ne fournit aucun autre équivalent pour remplacer l'une et les autres.

L'ateo dunque che ragiona per distruggere la divinità , che fonda una sella , e che dommatizza publicamente , puo essere riguar- dato corne il nemico nato del génère uma- RO.

L ateo sia anche filosofo ; la sua opinione non avrà percio autorilà maggiore. On peut conclure de là que 1 athée. L athée , fut - 11 même philosophe , son opinion n'aura pas pour cela une plus grande autorité. Cj h e cos'è lanima? Questa sostanza esiste in noi? Non c è dubbio che noi pensiamo , giudichiamo , ragioniamo; dunque esiste in noi una sostanza essenziahnenle diversa da quella che mangia , digerisce e che dorme.

A quegli che ragionasse per ncgare lesistenza deir anima , risponderei: Un disciple de PyTrhon niait le mouve- ment i un homme de bon sens , pour le convaincre du contraire , se contenta de marcher devant lui.

A celui qui raisonnerait pour nier l'existence de l'âme? Questa sostanza che pensa è ella un essere semplice o composte? L'anima che riceve lutte le im- pressioni de' sensi e che ne giudica , debb' essere una sostanza sçmplice ed indivisibile. Noi non abbiamo che una sola idea di quanto vediame , sentiame , udiamo. Or , se lanima non fosse semplice , non petrebb' esser composta che di molli alomi distinti gli uni dagli altri , e tutti dolati délia fa- coltà di percepire , poichè l'anima , che in laie ipotesi ne sarebbe il risultatè , ha questa facoltà.

In questo case , Timpressione d'ogni oggélto dovrebbe portarsi a lutte le parti dell'anima e colpire tutti gli atomi che la compongono , atomi sensibili e dolati di percezione. In conseguenza non vcdrennne più un solo ogçtte , ma tanti quanti sa- rebbero gli alomi. Nous ne îugeôns de lexislence de la matière que par le rapport vague de nos sens.

Mais je pense ; et, pour mon âme , penser et 'exister sont synonymes. Fàtiie , qui dans cettie hypothèse ien serait le résultat, a bien cette faculté: En conséqueh'ce , nous ne verrions plus un seul objet, mais autant d'objets qu'il y aurait d'atomes. Mentre una porzione 4'essa troverebbç armoniosa una sinfonia, laltra potrebbe trovarla detestabile.

Or , si la substance pensante- était' composée , comment pourrait-elle produire des effets simples l car chaque cause ne peut fournir que des effets qui lui ressemblent. Si rame n'était pas simple , nous serions tous contradictoires.

Si on la supposait telle, elle pourrait alors être. Oltre a cio , se Taninia fosse materiale, una idea occuperebbe o lutta. Se il pensiere è xino , se Tunità intellettuale non puo dividersi ,. Dans cette hypothèse , celui qui aurait un corps plus grand et plus gros devrait aussi avoir plus d'entendement ; ainsi le corps svelte et effilé de Virgile renfermerait une moins grande quantité d'âme que l'énorme circonférence de Vitellius.

Ou mon âme est toute entière ou elle n'est rien ; elle est donc immortelle. Si ; esistono le ragioni morali che posson dedursi , i. Or , se l'anima è mortale , ove sarà la pena del delito che la. Comment , de Vidée que la loi de l'univers est juste , peut-on déduire quç l'âme est immortelle?

Or , si l'àme est mortelle , où sera la peine pour les délits que la sagacité d'un homme hardi dérobe à la vigilance des lois? Ma oltreccTiè iieir ipotesi délia materialità dell' anima , le idée di giiistiziae di virtù svaniscono 9 li rimorsi sono. Chi in- dennizzerà luomo virtuoso , di cinquanta anni di pêne e di tonnénd , di cm la firannia l'abbia reso vittima , se doppo l'in- femo sofferto in questo mondo , non gli lesti altra perspettiva che il nulla i Non esiste forse argomento piii forte per dimostrare Timmortalità delV anima , come quello che puo caversi dalV esistenza del maie , sia morale , sia fisico.

Non puo , per esempio , negarsi ch' esistano migliaja d uomini , bersaglio délia fort una , e vittime deir ingîustizia altrui. Se questi sventurati , doppo aver tanto sofferto nella lor vita , non dovessero attendére altro che la barbara sorte d'essere ridolti nel nulla , quai prova terribile contra la divinità non potrebbe da cio dedursi?

Non ve ne fosse che un solo di quest' infelici, questo mondo non sarebbe che Topera- del cattivo principio. Mais outre que dans l'hypothèse de la matérialité de l'âme , toute idée de justice et- de vertu disparaît , les remords tiennent à la cons- cience , et le scélérat s'en fait une à sa bcon. L'on ne peut , par exemple , nier qu'il y a des milliers d'hommes , jouets de la fortune et victimes de l'injustice des autres.

Si ces malheureux , après avoir tant souffert dans leur vie , n'avaient à attendre que le sort barbare d'être anéantis , quelle preuve terrible contre la divinité ne pourrait-on pas en déduire î N'y eût - il qu'un seul de ces infortunés , ce monde ne serait que l'ouvrage du mauvais principe , la proïi- SaG LAUIOO DEL 6ïL SES Ma Dio ci dev' egli cos' alcuna? Dio ci deve la félicita , poichè ha posto in noi un pendio natuiale a questo stato , e la natura non fa doni inutili.

Ei deve dunque renderci felici , quante volte per fatto nostro non allontaniamo i mezzi che ci possano rende r tali. Or egli è cerio che in questo mondo. La somma de' mali è , senza dubbio , maggiore di quella de' béni in questo monde.

Or , il est certain que dans ce monde nous ne pouvons pas obtenir cette félicité à laquelle nous ten- dons naturellement , et la preuve en résulte de ce que nous hç sommes jamais conténs de notre état. La somme des maux de cette vie est sans doute plus grande que celle des biens. Ceux qui ont dit que tout y était mal ; ceux qui ont écrit que tout y était bien , n ont fait que prouver qu'ils avaient mal étudié les phéno- mènes de la nature et ceux de lanimaUtc.

Pare certo ahneno che i mali di questa vita sono compensati da altrettanti bcni. Ogni dolore non ha egli il suo piacere a lato , ed ogni piacere non è egli sempre in proporzione de' gradi di dolore che Tha preceduto?

Questa opinione non è meno falsa délie due prime. Si la somme des biens était égale à celle des maux dans la balance dé lunivers , nous n aurions rien à prétendre de la providence; elle ne nous devrait point l'immortalité. Robinet a fait un gros livre pour prouver le paradoxe de l'égalité entre les biens et les maux de cette vie ; mais il n y a rien de plus aisé que de démontrer le contraire. Si dice cbe ogni malattia ha il suo specifico ; quest' è falso: Ogni ma- Juttia avesse pure il suo specifico , l'equili- brio filosofico non sarebbe meglio conservato.

Il mal di pietra o sia Renella è un maie, J'operazione cbe la guarisce è ella un bene? Non c' è individuo che porti in se stesso un germe eguale di vizj e di virtù. Qui compen- sera les Lapons et les Groëlandois des glaces étemelles de leur climat l Quels biens re- latifs pourront jamais compenser les maux sans nombre causés par les tremblemens de terre ,.

La gravelle est un mal ; lopération qui la guérit est-elle un bien? Un instant me donne une pleurésie , et il faut souvent trois mois pour me guérir.

Machiavel pour un Sullj ; et parmi les hommes vulgaires , dix fripons pour un homme de bien. Corne dal senso inîeriorc puô egli dedursi che l'anima è immoitale î Risposta. Perché non è difficile pt'ovare che noi tutti desideriamo di viver sempre. L'amor proprio non é che l'amor del pro- prio essere , e délia propria félicita.

Parce qu'il n'est pas difficile de démontrer que généralement nous désirons de vivre toujours. L'amour-propre n'est que l'amour de notre être et de notre bonheur. Or , s'il est naturel de nous aimer , il est aussi naturel d'aimer la vie et l'existence ; donc le désir d'exister toujours est naturel.

Questo desio , in effetto , è là sorgente di lutte le alte gesta , dalle quali non si attende , d ordinario , che la gloria e la slima doppo la morte.

Tutti gli eroi che han sacrificata la vita pcr la padria y non rhan fatto che in questa intenzionè. Perché far tanto caso dell' immor- talità del nostro nome , se tutto il nostro essere è mortale? Niente di più opposto alla natura, che d aùgurarci di morire come le bestie , e d essere ridotti nel nulla.

Quai piacere più grande quanto la speranza d una vita im- mortale , allorché si getta uno sguardo al di là délia tomba", e si scopre una félicita perfetta che non debba mai finire?

Tous les héros qui ont sacrifié leur vie pour la patrie ne l'ont fait que dans cette intention. Pourquoi faii'e tant de cas de rimmoitalité de notre nom , si tout notre être est mortel î Rien de plus opposé à la nature que de souhaiter de mourir comme les bêtes et d être anéanti.

Quel plaisir plus grand que l'espoir d une vie immortelle , lorsqu'on jette un regard au delà du tombeau , et qu'on découvre une félicité parfaite qui ne doit jamais finir! Quel est le cri de la raison dans la question de l'immortalité de l'âme et de l'existence d une autre vie î Réponse. Cicéron disait que s'il se trompait dans la croyance d'une autre vie , cette erreur lui était si chère qu'il ne désirait pas d'être convaincu du contraire ; car si l'immortalité de 1 ame est une illusion , il est toujours agréable d'attendre , quoiqu'inutilement , une autre vie heureuse ; au lieu que la certitude de devoir être anéanti serait une découverte trop malheureuse pour les hommes vertueux.

Le cri de la raison dans l'honnête homme est que son âme est immortelle , puisqu'il désire naturellement d'être récompensé de ses vertus. Locke, che doppo Hobbes, propose il pnmo questo dubbio , era ben lungi dal famé un' assioma.

In conseguenza resta sempre probabile çhe lanima possa essere immorlale , e ch' esista un' altra vita. Or , in questa probabilité d'opinioni , quai' è il partito a oui deve appigliarsi di preferenza l'uomo ragionevole? Se ac- cade che s' inganni nella credenza dell' Xi Non prétende da cid induire , cotne diceva un' uoffiO di lettere , che VimmortaUtà àelV anima sia un problema dimostrabiU ia ambe le parti.

La legge de' ripugnanti , di non poter essere am- bidue veri , è una legge immutabile délia ragîoiie umana. Non agisce egli contra le regole dei pro- babili , cioè della prudenza e delta buona logica?

Mais est-il encore prouvé que la matière pense? Locke, qui le premier, après Hobbes , proposa ce doute , élait bien loin d'en faire un axiome. En conséquence il reste toujours probable que Tâme peut être immortelle et qu'il existe une autre vie. Un point qu'on peut démontrer par l'affirmative et par la négative, est, ou non démontrable du tout, ou faux d'un côté. La loi des contradictoires et des opposés, qui ne peuvent pas être vrais tous les deux , est une loi immuable de la raison humaine.

N'agit - il pas contre les règles des probables , c'est-à-dire de la prudence et de la bonne Ionique? Di quai forza sono , a dimostrar Timmortalità , gli argomenti che posson dedursi dal consenso délie gentil Risposta. La voix de la raison est donc qu'il faut se contenter des raisons probables pour croire à l'immortalité', et qu'il faut demander des démonstrations certaines et évidentes pour n'y pas croire.

Sarebb' egli strano che on reo délia noova Yorck o dî Pibdelfia , fosse ponito a LondraT Verre poteva esser colpevole in Sicilîa , ed esser puoito in Roma. Mais voui avez dit n. Pourquoi serait- il étrange qu'un crimiinel de la nouvelle Yorck ou de PhiUdelpbie fût puni à Londres 7 Verres pou- vait int coupable en Sicile et.

Ma tutte queste definizioni o sono assurde , o sono însignificanti Non val meglio confessare ia cio la nostra ignoranza , e dire con Locke cbe non ne sappiamo niente? Quegli che negasse Timmaterialità delF anima , per la sola ragione che non sa concepirla , safebbe costretto , per la stessa causa , negare la maggior parte de' fenomeni délia natura , di cui non comprende ne la causa , ne il corso.

Comprendiamo ncâ la virtù délia calamita? Inche consiste la forza dell' elettricità? En quoi confiisie h fonte de lélectricitô? Ce système simple , que M. L'âme , par la pensée , secoue le joug de toutes les puissances de la terre , va au delà des limites de la nature , et parcourt l'immense région des abstractions.

Tout enfin prouve l'étendue de sa liberté , et rien n'en désigne les bornes. Ma se sento che son libero 9 poichè il mio pensiero non liconosce ne violenza , ne limiti , ho io. Ma Dio non ha bisogho d'un' estemo culto per esser adorato. De la nécessité dune religion. Qu'est-ce que la religion t Réponse. C'est le système des devoirs de rhomme. Cette religion est fondée sur les rapports qui subsistent entre la divinité et l'eepèce humaine.

Mais Dieu n'a sûrement paa besoin d'un culte extérieur pour être adoré. Notre encens et nos génuflexions ne peu- vent pas augmenter la gloire de cet être qui fait mouvoir , dans. NMs emni froiest colcre Deum i non ipsi Deo: Si l'ado- rateur de Dieu a un corps , il faut que sa piété se fasse connaître par un hommage corporel ; c'est ainsi qu'il peut témoigner que tout son être , esprit et sens , dépend entièrement de la divinité ; o?. La morale ne consiste pas seule- ment dans l'art de bien penser , mais aussi dans celui de bieç faire.

Il est faux que les hommes puissent être conduits par des abstrations et par des maximes spéculatives. Vohis enim prodest colère Dtum , non ipsi Deo: Imperocchè le leggi non regolano che certe date azioni ; la reli- gione le abbraccia tutte.

Les lois ne règlent cpie; certaines action! Les lois ne sont relatives qu'au citoyen ; la religion règle l'homme. La multitude e3t plus frappée par ce qu on lui ordonne que par ce qu'on lui prouve ; les hoitnmes ont plus besoin dé inaximes que de démonstrations et de syllogismes.

Perche la ve- duta sola d un altare basta sovente par far pensffre ad un' empio pcrsecutore y ch' ei non è si felice quanto îl giusto persegui- tato. Non c'è opinione più erronea quanto quella , che la religione è soltanto necessaria per il popolq ; corne se il culto semplice e su- blime d'un Dio dégradasse l'uomo che pensa. Tout cela prouve qu'un culte extérieur peut être nécessaire pour le peuple ; mais le philosophe a-t-il besoin de cet appareil fastuçux de cérémonies pour reconnaître un être suprême î Réponse.

Rien de plus faux que lopinion vulgaire que la religion ri est nécessaire que pour Iç peuple ; comme si le culte simple et sublime d'un Dieu dégradait Thomine qui pense. Li sofisti presuntuosi , che si arrogano il nome U iilosofi , pajono sdegnarô un culto publico , perché li confonde col popolo che disprezzano.

Si dicono Iilosofi per esentarsi d' essere religiosi ; fuggono i tempj perche la di loro veduta gli umilia , e risveglia in essi il potente freno de' rimorsi. Uomini , se non d un cuore corrotto , almeno d un anima trista e fredda , cessano d'aver' un culto perché han cessato d essere sensibili. Egli è difficile che gli uomini , che hanno avuto in dono dalla natura. La vera filosofia rispetta egualmente le forme e lessenze délie cose.

Ils se disent philosophes pour s'exempter d'être re- ligieux ; ils fuient. Molti uomini dotti vol- Jerp. Ppurquqi donc plusieurs philosophes , et particulièrement parmi les modernes ,. Premièrement , parce que quand Tesprit humain ne trouve plus de préjugés à détruire , ne pouvant rester dans Finaétion , il s'amuse à attaquer les vérités immortelles de la nature. Ma questa filosofia bastarda ha fatto più torto al génère umano , che gli anlichi er- ' ron di cui la filosofia legittima lavea purgato.

Si direbbe che questi pretesi filosofi cercano meno ad illuminarmi , che a rendermi sven- turato. En second lieu , parce qu'en naissant dans des sociétés déjà formées et policées , nous ignorons quelles causes ont pu contribuer à notre civilisation , et nous ne recherchons plus combien les institutions religieuses ont pu contribuer à nous rendre tels que nous sommes.

Fiers en conséquence de Ictat de perfection auquel nous sommes parvenus , nous croyons fermement pouvoir nous séparer brusquement de tout ce qui nous a civilisés 9 et renoncer par là à tout ce que nous nom- mons anciens préjugés. Car de quelle utilité peut être à la terre une philosophie qui cherche à faire du pyrrhonisme la religion de lunivers. On dirait que ces soi-disant philosophes cherchent moins à ni'éclairer qu a me rendre malheu- reux.

Con quai diritto udo scriuore terne- raiio yiene egli a rovesciare ledifizio délie mie cogniziooi? Bisogna distinguere i pregiudiz j che nuocciono alla morale ed allô stato , da quelli che , lungi di nuocere , produ- cono de' gran béni. Niuno ha mai contrastato ai filosofi il dritto d'abbauere questi mostri , che rendono la specie umana vile o féroce. Ma quanti pregiudizj meritano d'essere.

Pour- quoi cherche-t-il à anéant? Pourquoi m'ex- pose-t-il à vivre dans les craintes et 4 mourir dans les remords l VI. Platone nelle sue opère parla ad ogni pagina délia Divinité, Numa non avea falto di Roma una città sagra , che per farne xina città elerna. Il est aisé d apercevoir par ces marques quelle est la re- ligion dont j'entends parler.

Colla superstizione c coj fana- tismo. La prima è luttoccio che la credulîtà aggiunge al culto puro e semplice délia 'vera religione; o , per meglio dire , è una religione che il popolo si forma secondo i suoi bisogni e le sue idée. Il fanatismo è la religione de' frenelici , che non hanno altro zelo che per perse- guitare gli uomini , una voce che per maie- dirli , ed una mano che per esterminarli.

La superstizione è quello stagno infetto , ma tranquillo , che nuoce solo a quelli che vi -si accostano. Il fanatismo è quella lava ardente che précipita dalle cime infocate del Vesuvio e deir Etna , e che lascia , per , dovunque passa , lé livide tracce délia destruzione. Le fanatisme est la religion des frénétiques qui n'ont de zèle que pour persécuter les hommes , une voix que pour les maudire , et un bras que pour les exterminer.

Non c' è che un passo dalla superstizîone al fanalismo. Perché la supersdzione è si contraria alla morale délia natura? La loro coscienza è falsa corne Tidea délia divinità che si sono formata ; ed in conseguenza le loro azioni le più empie non trovano alcuno argine ne' rimorsi. Questo culto bastardo che abusa de' dommi li più sublimi, è inHnitamente più nocevole dell'ateismo che li distrugge.

Pourquoi la superstition est- elle si contraire à la morale de la nature t Réponse. Leur conscience est fausse ainsi que l'idée de la divinité qu'ils se sont forgée , et leurs actions les plus impies ne trouvent en conséquence aucune digue dans les remords. Ce culte faux qui abuse des dogmes les plus sublimes est infiniment plus nuisible que Tathéisme qui les détruit. Cosi gli Egizj si çredeltera autorizzati a' giustificare l'incesto tra ua fralello ed una sorella , perché i loro Dei Iside ed Osiride avevano dato loro questo esempio.

In un pericolo eminente , giurarono di prostituire le loro figlie nel giorno délia fesla di Venere , se riportavano la vittoria i Sacrificate a Dio , dîce J! A Dio non piace che la sola înnocenza , hâ detto Lattahzio: Je déteste vos fîtes et vos sacrifices ; je demande votre justice et votre vertu , et non ces dons qui sont à moi , et que je vous ai donnés pour le sou4 tien de votre yie. In che modo il fanatisme cltraggia la morale délia natura!

Âbbiamo detto che il fanatisme non è che la superstizione armata é che perseguita. Nous avons dit que le fanatisme n'est que la superstition armée et qui per- sécute. Allorchè gli mancano i mezzi di sfogare il suo furore , non tralascia di fare il voto- di Caligola: La morale délia nâtura non xi dà dunque alcun diritto per forzare gli altri ad abbracciare la nostra credenza? Se la giustizia naturale proi- bisce ad un' uomo di disporre de' béni d'un altro , ved.

La mia anima è essa mcno a me di quel che siano la Trtia borsa , il mto abilo , ed il mio giardino? Dappoicchè la forza non ha alcun potere sugli animi , e che la coscienza è il ndstro senso morale il più ribelle. La morale de la nature ne donne donc aucun droit pour obliger les autres à embrasser notre croyanca? Si la justice naturelle défend à un homme de disposer des biens d un autre voyez Part.

III de ce catéchisme , art. La force n'a aucun pouvoir sur nos âmes , et la conscience est hotre sens moral le plus rebelle. Se la natura ci autorizzasse a persegui- tare gli upmini d'un culto diverso per far loro abbracciare la nostra religione, questo globo non sarebbe che un vasto teatro di straggi e di macelU. Il musulmano délia setta d'AU potrebbe , in questa ipotesi , assassinare il musulmano délia setta d'Omar; questi farebbe impalare il giudeo , il quale pesterebbe in un mortajo i Re idolatri dell' Affrica , e tutt'insieme.

L'uomo allevato in un culto qualunque è tanto persuaso che la sua re- ligione è la vera , quanto gli uomini d'un culto diverso son persuasi che tutte le altre son false.

In conseguenza , tutte le volte che si è pensato d'aumentare , co' supplizj y il numéro de' proseliti d'una religione, oon si è fatto altro che diminuire inultilmente l'ami bit BSÀt!

Le musulman de la secte d'Aly pourrait , dans cette hypothèse , assassiner le musulman de la secte d'Omar ; celui-ci ferait. I9 véritable , pourquoi ne pas les croire permis à cause du bien qu'ils. Ecco perché la persecuzione ha fatto , in ogni tempo, 46generare lo spiiito di religione in ispirito di setta.

Il domma che mi pare va assurdo allorchè io era libero, non diverrà, più ragionevole , agli occhi miei , allorchè saro in prigione , o sovra un rogo.

Voilà pour- quoi LesjperséGutiqsis. Ëgli soffre s intanto 9 che la teiYa si popoli di nazioni che non professanb ristesso cultb , sarei 10 savio se pretendessi d'esser più savio délia 5tessa providènza?

IgS iiotrimé à nos yeux , et devient rebelle aux yeux de la divinité. En effet , la doctrihe des plersécùteùrs ,- au nom de Dieu , est sans cessé en oppo- sition avec la conduite de la providence. Il souffre cepen- dant que la: Paolo ; non est accepdo pet' êonarum , non est neque Judaus , neque Gnteus , neque Dominus , neque servus: Riassumete le conseguenzcr che possono dedursi da' principj posti e di- mostrati in questa prima parte.

Dunque tutti glî uomini dî qualunqtie relîgione , o grado sîano , sono figfi deir istesso Dio , secondo il vero spirito del cris- tianesimo. Gesù-Cristo , volendo andare a Gerusalemme , pensa di passare per Samaria ; ma i Samaritani non vollero riceverlo , appunto perché andava tra i loro nemici.

Résumez les conséquences qu'on doit déduire des principes posés et démontrés dans cette première partie. MkMl domestique sont égaux devant luî. Tous les hommes donc , de quelque religion ou grade qu'ils soient , sont les enfans du même Dieu , suivant l'esprit vé- ritable du christianisme. Perché ogni uomo ha le sue proprietà , ed in conseguenza ha i suoi di- ritti, la legge del monda è vindice degli altrui diritti , dunque è vindicé de' miei contra di me.

Se lattentare a' diritti degli altri è un delitto contra la legge di natura , sarà pari- mente delitto ove quest' attentato ofTenda noi medesimi , e tantoppiù atroce e stolto , quanto noi siamo più cari a noi stessi di quel che ci siano gli dtri. Origiwe des devoirs envers nous-mêmes. JrovBQçoi croyez-vous que nous avons des devoirs envers nous-mêmes?

Réponse- Parce que chaque homme a ses propriétés , et par conséquent ses droits. La loi de lunivers est garant des droits des au- tres , elle est donc aussi garant des miens envers moi. Notre bonheur n est-il 9o4 L'AM! IL Domanda, Quai' è il primo Irai doveri ehe dobbiamo a noi medesinîi? Si è detto che tutt' i doveri sono fondati su i diritti , e che i diritti altro non sono che proprietà ; dunque non' posso osservare i doveri verso me stesso , senza conoscere e misurare le mie pro- prietà ; d-onde la massima nosce te ipsum , conosci te stesso , debbe aversi corne il fondamento di tutta la morale che- riguarda noi medesimi.

Mais comme chacun de nous , en se regardant isolé , se fait centre des rayons de la circonférence du cercle , ainsi dans la classe des devoirs , ceux que nous nous devons à nous-mêmes occupent la première place- Il.

En effet , si je n'existais pas , je n aurais i j! Corne puo una persona conoscer sestessa î Risposta.. Rientrando in se medesima , e riguardandosi o corne semplice individtio della natura 9 o corne persona socievole. Scorgo che sono molto al di sopra délie piètre , delle pian- te j delle besûe , ma infinitamentè al di sotto della divinità. Comment une personne peut-elle se connaître? Je m'aperçois que je suis fort au dessus des pierres i des plantes , des bêtes , mais infiniment au dessous de la divinité.

Ces réflexions doi- vent nécessairement me porter à vivre avec dignité , lorsque je me compare aux êtres qui sont au dessous de moi , et me pénétrer de respect et de vénération toutes les fois que je me compare à Dieu. Non è meno importante , per vivere bene y di conoscere il piano in cui io sono , poichè la tranquillità de' corpi civili dipende dal rispettare i piani superiori , e dal proteg- gère e soccorrere gV inferiori ; gli uni sostenendo gli altri- Nell'.

Siccome noi non siamo' ne puri spiriti , ne semplici corpi , ma esserr misli y cosi de' doveri verso noi medesi- mi altri riguardano il nostro intelletto y altri il nostro fisico. Nel primo' rango pos- sono situarsi la coltura délia mente , il regolare gli appetiti , il diritto' ch'e ab- l iamo alla stima , ,etc. Nous ne sommes ni des esprits purs ni de simples corps , mais des êtres mixtes J donc les devoirs qui nous regar- dent nous-mêmes peuvent avoir rapport ou à notre esprit , ou à notre physique.

On peut ranger dans la première espèce la culture de lentendement j lart de régler nos appétits , le droit que nous avons à l'estime , etc. L Demanda, x erciie siam noi tenuti a coltivar la nostra mente l Risposta. Perche essenda composli di due 50Stanze , tuttocciô che puô lendere a col- tivar la nostra ragione ed il nostro spirito , formar dee un de' principali nostri doveri.

Noi dobbiamo coltivare lo spirito nostro a tre oggetti ; i. Or non ce che l'istruzione e Tesperienza che possano metterci nel grado di bene adempire questi nostri doveri. Lo studio , per esempio , délia fisica ci l'ami du beau sexe. Parce qu'é tarit composes de deux substances, tout ce qui peut contribuera cultiter notre maison et notre entendement , doit fortner un de nos principaux devoirs. Nous devons cultiver notre esprit pour trois objets ; i.

Lo studio délia morale ordina le nostre idée suUa divinità , e rende più chiare quelle che han rapporto ai nostri doveri. L'istoria ci fa conoscer gli uomini , e se li conos- ciamo , possiam vivere amichevohnente con esso loro. Ecco perché nel primo volume di quest' opéra, lib. L'histoire nous fait connaître les hommes , et en les connaissant , nous pouvons vivre en bonne harmonie avec eux. Les passions étant les ressorts de notre âme et la source de tous rios mal- heurs, est- il en notre pouvoir de les détruire ou de les diriger!

Or tutte le passioni non hanno , dapprima , che un grado moderato d'attività. L'anima e' la na- tura non marciano per salti. La speranza , per esempio , la prima délie passioni moderate , che nasce con noi , e che non si spegne che coirullimo nostro lespiro ; quel seducente pudore che nel bel scsso accompagna l'innoconza , e la carat- lerizza ; la riconoscenia , sentimento si na- turale aile anime sensibili ; la compassione , ch' è il grido della natura , col quale in- vita , alla conservazione d'un' essere che soffre , tutti quelii che lo circondano; queste, ed aUre , sono passiçni dolci di cui non è da temer la violenza.

L'âme et la nature ne marchent point par sauts. L'espérance, par exemple, la première des passions modérées qui naît avec nous et qui ne s'éteint qu'avec notre dernier soufle; cette pudeur séduisante , qui , dans le beau sexe , accompagne l'innocence et la caractérise ; la reconnaissance , ce sentiment si naturel aux âmes sensibles ; la compassion , ce cri de la nature , par lequel elle invite à la conservation d'un être qui souffre , tous ceux qui l'envi- ronnent ; ces passions sont douces , et il n'y a rien à redouter de leur violence.

Torgoglio , ed infinité altre passioni possono essere bensi dolci e moderate nella lor origine, ma, se non sanno regolarsi , possono divenire violente ed impetuose. Un'Orientale ha incominciato ad amarc tranquillamente prima d essere geloso , prima d adirarsi contra la sua innamorata , prima di strangolarla. L odio comincia daU'indifferenza , e finisce cogli omicidj. Noi possiamo dunque diriggere le nostre passioni allorchè sono ancor dolci e mode- rate ; ma se permettiamo che giungano alla violenza , tutti di loro effetti pemiziosi possono a noi imputarsi , per la ragione che potevamo governarle allorchè erano per anco nascenti.

In che modo possono go- yernarsi e moderarsi le passioni? Un Oriental a commencé par aimer tranquillement avant d être jaloux , avant de se metlrè en colère contre sa maîtresse , avant de 1 étrangler. La haine commence par vouloir du mal à son ennemi , et finit par la soif de son sang. Nous pouvoris donc diriger nos passions lorsqu'elles sont encore douces et modérées ; mais si nous permettons qu elles deviennent violentes , tous leurs effets fâcheux peuvent nous être imputés par la raison que nous pouvions les gouverner quand elles n'étaient que naissantes.

Comment pouvons -nous gouverner et diriger nos passions! Réponse- Par deux moyens ; i. Adesso si coroprende , perche nel lib. Questo metodo serve , in oltre , a guarir le donne da quel timori panici figli d una fantasia accesa , e d una crassa ignoranza , che han generato li fantasimi , le ombre , gli spiriti folletti , le passeggiâte de' morti, e tut te le altre bambolinaggini che diso- norano la mente umana.

Le second moyen pour modérer nos ap- pétits , est d'accoutumer le corps à un travail méthodique , et l'âme aux habitudes de la vertu. La personne qui exerce son corps, qui souffre avec force d'âme les maux de cette vie ; qui aime la tenfipérance , l'abstinence , l'honnêteté , acquiert peu à peu de certaines habitudes qui , avec le temps , deviennent i Heureusemeot pour nous la philosophie a déjà relégué dans le monde imaginaire la magie blanche et la magie noire , la sorcçllerie , les incubes , les succubes , et toutes les autres impostures des âmes feibles.

Voyez les forie delta fantasia. Siamo noi tenuti ad ac- quistare. Essendo noi in società pcr ajutarci e soccorrerci gli uni gli. Che gioverebbero i lesori ad una persona dis- prezzata cd abborrita da tulto il monde î E senza tesori, la stima e Ta more de' suoi concittadini le vale per un fondo inesausto. Qiiindi una buona fama è il niaggior te- sord deir uomo.

La stima o è figlio délia natura , e d un X. A quoi serviraient les trésors à une personne méprisée et détestée de tout le monde î et sans trésors , lestime et lamour de ses concitoyens lui tiennent lieu d'un fonds inépuisable. Il s ensuit de là , qu une bonne réputation est le plus grand bien de ThommCé Si nous avons droit à notre bonheur , c est- à-dire au moindre des maux ; si , sans l'estime des autres , nous sommes privés de toute communication avec le corps politique , un de nos devoirs est donc d acquérir et de con- server une bonne réputation parmi nos sem- Uables.

L'estime peut naître ou de la nature et de Tom. Chi non ha la prima in dono , deesi ingegnare a con- seguir la seconda , dappoicchè non si puo vivere senza niuna stima. La loro pena è a lato del loro delitto y poichè quai pena più grande dellessere disprezzate ed infamate dallmtiera società? In che maniera si puo acquistare e conservare la stima altrui? Coltivando e seguendo la virtù dalla quale sola puo nascere la vera stima. Conviene perô misurarla sulle regole im- mutabili délia natura , e non sulle fantasie, o ridicole costumanze de' popoli.

Celui qui n a pas reçu en' partage la première doit s'étudier à acquérir la seconde , car on ne peut vivre sans Tétude de ses semblables. Leur peine est à côté de leur faute ; car quelle peine plus grande que d être méprisé et déshonoré de toute la société!

Les ennemis ne servent qu'à augmenter notre gloire lorsque nous sommes vertueux ; mais les vices qui nous font. Par quels moyens peut-on acquérir et conserver lestime des autres? En cultivant et en pratiquant les vertus qui peuvent seules nous donner droit, à la véritable estime. Ainsi l'art de gagner et de garder l'estime des autres ne consiste seulement pas à paraître, mais bien à être juste , charitable , honnête.

Finchè i compagni di Colombo si con- dussero con giustizia e con sincerità tra gli Americani , gli Spagnuoli furono venerati corne Dei. Le donne hanno esse qualche interesse particolare a conservar la stima altrui? Tant que les compagnons de Colomb se conduisirent avec justice et avec sincérité envers les Américains , ils furent respectés par eux comme des Dieux. Les femmes ont-elles quelque intérêt particulier à conserver Testime d autrui î Réponse.

Togliete Villusione dell'amore, uon vi resta che il piacere de' sensi , piacere momentaneo che ha la forza d'un'istante , e che' non ci dislingue dai bniii. Perche questo sentimento influisca dunque poten- temente sugli uomini, bisogna che l'illusionç lo précéda , l'iicçonipagni , 1q siegua.

S cqrre più dietro i piaceri fattiz , cioè d'opinione , che dietro i piaceri vefi e reali. L'opinione dunque ha un potere illimitato sugli animi nostri , e l'opinione è la fucipa ove si fabbricano la slima e la riputazione. Quindi se le donnç hanno un' intéresse particolare ad ugua" gliare , per qnanto è possibile , la lor con- dizione a quella degli uomini. Il faut donc , pour rendre Tinfluence de ce sentiment puissante sur les hommes , que l'illusion le précède , laccompqgne et 1q suive.

Sia che luso e la forza producan qualche volta il diritto ; sia che acquisti la qualità di diritto ciocch- è autorizzato dalluso e dalla forza , luomo brara sovente lopinione senza sentime niolto sensibili e funeste con- seguenze. Ma la donna ,. Quai è il più gran ser- vigio jche possiamo noi rendere alla porzione sublime di noi medesimi l Risposta. Quel davere una coscienza tranquilla e senza rimorsi. Quai piacere più puro e più grande del Nil conscire sihi , nuUt paUescere culpà!

Non avère rimorsi che ci tormentîao , ne colpa che ci faccia impallidire! Mais la femme , moins heureuse, et assujettie à tous les préjugés de la société, perd aussitôt tout droit à l'estime , si elle dé- daigne celle des autres en bravant l'opinion: Quel est le plus grand service que nous pourrions rendre à la partie sublime de nous-mêmes? Celui d'avoir une conscience tranquille et exempte de remords. Ma in cio si vuol guardare , non ail' estemo delle persone , ma a quel che si passa nel di loro cuore j ove puô solo rinvenirsi la sede délia félicita e délia miseria , perché in quel solo sentonsi li piaceri ed i dcdorL Se a ciascuno il propiio affanno Si leggesse in fronte scritto; Qaanti mai che inridia fanno.

Questi do- yeri corrispondono a' diritti che abbiamo alla sanità del nostro corpo , ed alla per- fezione de' nostri sensi ; alla vita , ed ai commodi délia vita. In questo articolo tral- teremo dé' doveri délia prima specie. JLIe combien d'espèces sont les devoirs envers nous-mêmes au physique? Ces devoirs correspondent aux droits que nous avons à la santé de notre corps , et à la perfection de nos or- ganes ; à la vie et aux aisances de la vie.

Dans cet article nous traiterons des devoirs. Sans nos préjugés , sans nos erreurs , et sans nos crimes , nous n'aurions pas le triste privilège de rompre quelques anneaux de la chaîne de notre existence , et d endurer mille fois les agonies de la ttiort avant l'instant où la nature nous a prescrit de mourir.

J ai dit triste privilège , parce que tous lès autres êtres , chacun dans sa classe , atteignent pour lordinaire , au même terme de la vie ; les animaux par exemple ,' qui ne sont pas dégradés par la dôméstidté ,' vivent à peu près le même espace d aniïées. Je ne sais si son nom vint jamais à vous. L'onore è tutto or suo, e mio in parte. Ed ancor non sarei qui , se non fosse Che, possendo peccar, mi volsi a Dio.

Lo tuo ver dir m' incuora Buona umiltà , e gran tumor m' appiani Ma chi è quei di cul tu parlavi ora? Quest' opéra gli toise quei confini. Volgî gli occhi in giue: Mais quand il dit: Je marchais , et de mon Maître allègrement je sui- vais les pas, et combien nous étions agiles. Grave alla terra per lo mortal gelo. Ainsi vis- je là , mais avec une plus vive ressem- blance , couvert de figures selon l'art , tout ce qui , pour former une route, s'avance hors du mont 2.

Niobé 7, avec quelle douleur mes yeux te voyaient représentée sur le chemin , entre tes sept filles et tes fils éteints! Sangue sitisti, ed iodi sangue t'empio. O Ilion , come te basso e vile Moslrava il segno che li si discerne!

Je voyais Troie, amas informe de cendres et de cavernes. O Ilion, qu'abaissée et vile te montrait l'image qui se voit là! Non vide me' di me chi vide il vero. Quant' io calcai fin che chinato givi. Drizza la testa ; Non è più tempo da gir si sospeso. Pensa che questo di' mai non raggiorna. Morts paraissaient les morts, et vivants, les vivants. Qui vit le vrai , mieux que moi ne vit pas ce que fou- lèrent mes pieds, tandis que courbé je marchai. Maintenant soyez superbes, et en avant d'un front altier, fils d'Eve ; et ne baissez point la tête pour voir votre sentier mauvais 1 Nous autour du mont, et le soleil dans son cours, avions plus avancé que ne l'estimait la prisée dis- traite.

Quand celui qui toujours devant attentif allait, commença: Orne de respect ton visage et toute ta contenance, afin qu'à plaisir il lui soit de nous acheminer en haut. Pense que jamais ne reviendra ce jour. J'étais bien habitué à ce qu'il m'avertît de ne pas perdre de temps, de sorte qu'en cette matière il ne pouvait me parler obscurément. Venite ; qui son presse i gradi , Ed agevolemente ornai si sale. Quivi mi batteô l' aie per la fronte ; Poi mi promise sicura l' andata.

Il ouvrît les bras , puis les ailes , et dit: Il nous conduisit à une coupure dans le rocher ; là de ses ailes il me frappa le front , et me promit un sûr aller. Maestro, di, quai cosa grève Levata s'è da me, chè nulla quasi Per me fatica andando si riceve? A che guardando i! Lors je fis comme ceux qui vont ayant sur la tête une chose qu'ils ne savent pas, sinon qu'en soupçon les mettent les signes d'autrui ; Ce pourquoi, pour s'assurer ils s'aident de la main, qui cherche, et trouve, et remplit l'office que ne peut accomplir la vue.

Et, avec les doigts de la main droite ouverte, je trouvai seulement six des lettres que sur mes tempes celui qui tient les clefs avait gravées. Ce que regardant, mon Guide sourit. Tout autour le ceint une corniche semblable à la première , si ce n'est que plus vite l'arc se courbe 2. On n'y voit ni images, ni sculptures ; les parois et le chemin tout unis n'offrent à l'oèil que la couleur livide de la pierre. Puis , les yeux fixés sur le soleil , il fit du côté droit le centre du mouvement, et tourna le gauche.

S' altra cagione in contrario non pronta , Esser den sempre li tuoi raggi duci. Passô gridando, ed anche non s'aflTisse. E com'io dimandai, ecco la terza Dicendo: Amate da cui maie aveste.

Questo cinghio sferza La colpa délia invidia, e perô sono Tratte da amor le corde délia ferza. Tu échauffes le monde; sur le monde tu luis: L'espace qui se compte ici pour un mille nous avions déjà parcouru, en peu de temps, à cause du vif désir, Lorsque nous entendîmes, sans les voir, vers nous voler des esprits qui courtoisement invitaient au ban- quet d'amour.

Le premier qui en volant passa , à haute voix dit: Et avant que, par l'éloignement, on eût tout à fait cessé de l'entendre, un autre passa, criant: Et au même moment, voilà la troisième, disant: Maria, ôra per noi: Gridar Michèle, e Pietro, e tutti i Santi. Mais tends les yeux bien fixement à travers l'air , et tu verras, devant nous, des gens assis le long du rocher.

Lors, plus qu'auparavant j'ouvris les yeux; je regardai autour de moi , et je vis des ombres revêtues de manteaux de la couleur de la pierre. Quand nous fûmes un peu plus avant , j'ouïs crier: D'un grossier cilice ils me paraissaient couverts; chacun d'eux de l'épaule s'appuyait contre un autre , et tous contre le rocher s'appuyaient. Perch' io mi volsi al mio Consiglio saggio. Parla , e sii brève ed arguto.

Et comme aux aveugles n'arrive point le soleil , ainsi aux ombres dont je parlais tout à l'heure, ne se donne point la lumière du jour. Toutes ayant la paupière percée et cousue avec un fil de fer, comme il se fait à l'épervier sauvage , pour qu'il demeure en repos.

Ce me semblait de ma part une offense, que de m'en aller voyant autrui sans en être vu: Bien savait-il ce que le muet voulait dire; aussi, sans attendre ma demande, il me dit: Virgile venait près de moi , du côté de la corniche où l'on peut tomber, parce qu'aucun parapet ne la borde: De l'autre côté étaient les pieuses ombres, que telle- ment tourmentait l'horrible couture, que de pleurs elles baignaient leurs joues. Je me tournai vers elles, et je commençai: S'anima è qui tra voi , che sia latina ; E forse a lei sarà buon, s' io Y apparo.

Più itmanzi alquanto, che là dov'io stava ; Ond'io mi feci ancor più là sentire. Altri rimondo qui la vita ria , Lagrimando a Colui, che se ne presti. Dites-moi ce me sera une faveur précieuse si parmi vous ici est une âme Latine: Entre les autres je vis une ombre qui semblait en attente; et si quelqu'un me demandait comment, selon l'usage des aveugles. Ornai piii non ti temo: Chi t' ha dunque condotto Quassù tra noi, se giù ritornar credi? Ma più vi perderanno gli ammiragli. Et elle à moi: Dimandal tu che più gli t'avvicini, E dolcemente, si che parli, accolo.

Puis, pour me parler, ils renversèrent la tête. De la grâce qui t'est faite nous sommes étonnés, autant qu'on doit l'être d'une chose qui auparavant ne fut jamais. Per mezza Toscana si spazia Un fiumîcel che nasce in Falterona , E cento miglia di corso nol sazia. Perché nascose Questi il vocabol di quella rivera , Pur com' uom fa délie orribili cose? De ses rives j'apporte ce corps; vous dire qui je suis serait parler en vain , mon nom encore ayant peu retenti.

E buon sarà costui s' ancor s' ammenta Di ciô che vero spirto mi disnoda. Molti di vita , e se di pregio priva. Tu vuoi ch'io mi deduca Nel fare a te ciô che tu far non vuo' mi ; 27 Ma dacchè Dio in te vuol che traluca Tanta sua grazia, non ti sarô scarso: Perô sappi ch'io son Guido del Duca.

O gente umana , perché poni il core Là Vè mestier di consorto divieto? Le dire de l'une, et la vue de l'autre me rendirent désireux de savoir leurs noms, et je les demandai avec prières. Sur quoi, celui qui le premier avait parlé, recom- mença: Lorsqu' ayant avancé nous fûmes seuls, semblable au foudre quand il fend l'air, de devant nous vint une voix: E allor per istringermi al Poeta , Indietro feci e non innanzi il passo. Quel fu il duro camo , Che dovria l' uom tener dentro a sua meta.

Déjà partout l'air était tranquille ; et lui me dit: Pour cela vous châtie celui qui voit tout. Vespero là, e qui mezza notte era. II0 splendore assai più che di prima , E stupor m' eran le cose non conte: D'où, au-dessus de mes sourcils je levai les mains , et me fis une ombrelle qui diminuait l'excessive lu- mière. Che è quel, dolce Padre, a che non posso Schermar lo viso tanto che mi vaglia, Diss'io, e pare in ver noi esser mosso? Messo è, che viene ad invitar ch' uom saglia. Ad un scaleo vie men che gli altri eretto.

Godi tu che vinci. Voir ces choses bientôt ne te sera point une peine , mais un plaisir, autant qu'à le sentir ta nature te dis- pose. Lorsque nous eûmes joint l'Ange béni, d'une voix joyeuse il dit: Che voile dir lo spirto di Romagna, E divieto e consorto menzionando? Di sua maggior magagna Conosce il danno ; e pero non s'ammiri Se ne riprende, perché men sen piagna. Comment se peut-il qu'un bien partagé rende plus riches de soi beaucoup de possesseurs , que si de peu il était possédé?

Perocchè tu rificchi La mente pure aile cose terrene, Di vera luce ténèbre dispicchi. Si che quantunque carità si stende , Çresce sovr' essa l' eterno valore. Vidimi giunto in su V altro girone, Si che tacer mi fer le luci vaghe. Cet infini et ineffable bien qui est là-haut court à l'amour, comme le rayon au corps qui le reflète. Autant il trouve d'ardeur, autant il se donne ; de sorte que plus s'étend la charité, plus sur elle s'épand l'étemelle vertu: Et plus là -haut il est d'âmes unies, plus à l'amour le bien se prodigue, et plus on s'aime , et comme un miroir Tun à l'autre on rend.

Et si ma raison ne te rassasie pas , tu verras Béa- trice, et pleinement par elle satisfait sera ce tien désir, et tout autre désir. Tâche seulement que soient guéries, comme déjà deux le sont , les cinq plaies que ferme la douleur. Perché hai tu cosi verso noi fatto? E corne qui si tacque, Ciô che pareva prima dispario.

Che farem noi a chi mal ne disira , Se quei che ci ama è per noi condannato? Che hai, che non ti puoi tenere? Se tu avessi cento larve Sovra la faccia , non mi sarien chiuse Le tue cogitazion quantunque parve.

Tu as cheminé, plus d'une demi-lieue, les yeux voilés et les jambes vacillantes , comme un homme pris de vin ou de sommeil. Cosi frugar conviensi i pigri , lenti Ad usar lor vigilia quando riede. Questo ne toise gli occhi e Y aer puro. SOI Mais j'ai demandé, pour donner de la force à ton pied. Ainsi faut-il exciter les paresseux, lents à user de la veille , lorsqu'elle revient. Quand , peu à peu, voici venir vers nous une fumée obscure comme la nuit, et nul endroit pour s'en abriter: Elle nous priva des yeux et de l'air pur.

Una parola in tutti era ed un modo, Si che parea tra esse ogni concordia. Ed egli a me: Tu vero apprendi , E d'iracondia van solvendo il nodo. Onde il Maestro mio disse: Rispondi, E dimanda se quinci si va sue. Maître, les esprits que j'entends? Et lui à nioi: Cosi rispose ; e soggiunse: Io ti prego Che per me preghi, quando su sarai. Per fede mi ti lego Di far ci5 che mi chiedi ; ma io scoppio t Dentro da un dubbio , s' i' non me ne spiego.

Si ch'io la vegga, e ch'io la mostri altrui ; Chè nel cielo uno, ed un quaggiù la pone. Mais, je te prie, indique-m'en la cause, de sorte que je la voie et la montre aux autres: Frate, Lo mondo è cieco, e tu vien ben da lui.

Che se fatica Nelle prime battaglie col ciel dura, Poi vince tutto, se ben si notrica. In voi è la cagione, in voi si chieggia, Ed io te qe sarô or vera spia. Se guida o fren non torce il suo amore. Nullo ; perô che M pastor che précède Ruminar puô, ma non ha l'unghie fesse. Se non mi credi, pon mente alla spiga, Ch'ogni erba si conosce per lo semé. Mais qui est ce Gherardo que tu dis être resté comme un modèle de la génération éteinte , pour être à reproche à ce siècle sauvage?

Dio sia con voi , chè più non vegno vosco. Cosi tornô , e più non voile udirmi. L'Ange est là; il convient que je m'en aille avant qu'il paraisse. Ainsi, réglant mes pas sur ceux de mon Maître fidèle , je sortis de ce nuage , et retrouvai les rayons déjà morts sur les rivages bas. O imaginative , qui tellement quelquefois nous sé- pares des choses du dehors, qu'autour de nous son- nassent mille trompettes, point ne les entendrions.

Muoveti lume, che nel ciel s'informa. Par se , per voler che giù lo scorge. O regina , Perché per ira hai voluto esser nuUa?

Or m' hai perduta: Te meut une lumière qui s'informe dans le ciel , ou de soi- même, ou par le vouloir de celui qui en bas l'envoie. Près de hii était le grand Assuérus, son épouse Esther, et le juste Mardochée, également intègre dans le dire et dans le faire.

Procacciam di salir pria che s'abbui, Chè poi non si poria , se il di' non riede. Je me tournais pour regarder d'où elle venait , lors- qu'une voix dit: Et m'inspira un si grand désir de voir qui me par- lait, que rien ne l'aurait pu calmer que son objet même. Mais comme il advient devant le soleil , qui éblouit notre vue et se voile de son propre éclat, ainsi ma force ici défaillait.

Maintenant , que nos pieds obéissent à une si haute invitation; tâchons de monter avant que la nuit se fasse ; après, on ne le pourrait jusqu'au retour du jour. E tosto ch'io al primo grado fui, 25 Senti'mi presso quasi un muover d'ala, E ventarmi nel volto , e dir: Beati Pacifici, che son senz'ira mala.

Fra me stesso dicea , che mi sentiva La possa délie gambe posta in tregue. Se i piè si stanno , non stea tuo sermone. L' amor del bene , scemo Di suo dover, quiritta si ristora , Qui si ribatte il mal tardato remo.

Nous étions là où l'escalier cesse de monter, fixes comme le navire qui aborde la plage. Si les pieds s'arrêtent, que ne s'arrête point ton discours. Contra il Fattore adovra sua fattura. Mon fils, commença-t-il , ni le créateur, ni la créa- ture jamais ne furent sans amour, ou naturel, ou procédant de la raison ; et tu le sais. Lé naturel toujours est exempt d'erreur; mais l'autre peut errer par le vice de l'objet, ou par trop, ou par trop peu de force.

Mais, quand il se tord vers le mal, ou qu'avec plus, ou avec moins d'ardeur qu'il ne doit, il court dans le bien, contre son Créateur agit la créature. De là tu peux comprendre que l'amour en vous doit être la semence et de toute vertu , et de toute opération qui mérite une peine. Or, l'amour ne pouvant détourner la vue du bien de son sujet, tout être est à l'abri de sa propre haine: Et parce que nul être ne peut être conçu subsistant de soi, et séparé du premier être, celui-ci jamais ne saurait être haï.

Perché di giugner lui ciascun contende. Tel, en opprimant son prochain, espère l'excel- lence, et pour cela seul il souhaite que de sa grandeur il soit jeté bas ; Tel craint de perdre pouvoir, faveur, honneurs, renonmiée , si un autre s'élève ; et d'autant plus il s'en attriste, qu'il aime plus le contraire. A pré- sent, je veux parler de celui qui court au bien d'une manière opposée à l'ordre. Chacun confusément conçoit un bien où l'âme se repose et le désire ; et chacun s'efforce de l'atteindre.

Forse Lo troppo dimandar, ch'io fo, gli grava. Maestro , il mio veder s' avviva. Si nel tuo lume, ch'io discerne chiaro Quanto la tua ragion porti, o descriva: Et moi, que pressait encore une nouvelle soif, je me taisais au dehors , et au dedans je disais: Je te prie donc, cher doux Père, de m' enseigner quel est cet amour à quoi tu réduis toute bonne opéra- tion et son contraire.

L'âme , créée pour aimer, se porte vers tout ce qui plaît , sitôt que le plaisir l'éveille à l'action. Et si vers elle s' étant tournée , elle s'y incline , ceci est l'amour, ceci est la nature , que le plaisir unit à vous par un nouveau lien. Quanto ragion qui vede Dir ti poss'io ; da indi in là t'aspetta Pure a Béatrice, ch'è opra di fede.

Toute forme substantielle, distincte de la matière et unie avec elle , a en soi une vertu spécifique , Laquelle n'est sentie que par son opération , et ne se manifeste que par son effet , comme la vie dans la plante par le vert feuillage: Ainsi, d'où vient l'intelligence des premières notions et le sentiment des premiers objets que l'âme appète , l'homme ne le sait ; Car ils sont en vous comme dans l'abeillç l'instinct de faire le miel: Or, afin qu'à elle viennent s'unir toutes les autres, innée en vous est la vertu qui conseille, et qui doit gar- der le seuil du consentement.

Ceux dont la raison a été au fond, ont reconnu cette liberté innée , et ils ont ainsi conservé la morale dans le monde.

D'où, supposé que tout amour, qui au dedans de vous s'enflamme, y naisse nécessairement , en vous est la puissance de le contenir. Par quoi , mes questions ayant reçu des réponses claires et simples, j'étais comme un homme qui, à demi endormi, rêve. Us nous eurent bientôt joints, car en courant allait toute cette grande troupe, et, devant elle, deux criaient en pleurant: Celui-ci, qui vit et certainement je ne vous mens pas , veut aller 6n haut, pourvu que le soleil nous éclaire: Volgiti in qua, vedine due Air accidia venir dando di morso.

Prima fue Morta la gente, a cui il mar s'aperse, Che vedesse Giordan le rede sue. Et celui qui en tout besoin m'avait secouru , dit: Tourne-toi par ici, et vois-en deux venir en gourman- dant la paresse. Derrière tous les autres ils disaient: E tanto d'uno in altro vaneggiai, Che gli occhi per vaghezza ricopersi , E il pensamenèo in sogno tpasmutai. Duquel divers autres naquirent, et de l'un à l'autre tant j'ondoyai, que dans le vague mes yeux se fer- mèrent.

M' apparut en songe une femme bègue, aux yeux louches, courbée sur ses jambes torses, mutilée des mains , et de couleur blafarde. Quel mi svegliôcol puzzo che n'usciva. Alraetitre Voci t' ho messe , dîcea: Je tournai les yeux, et le bon Virgile: Lève- toi et viens. Cherchons l'ouverture par où tu puisses entrer. Déjà le jour remplissait tous les cercles du sacré mont, et nous allions, les reins tournés vers le soleil nouveau.

Venite, qui si varca: Parlare in modo soave e benigno, Quai non si sente in questa mortal marca. Qui lugent affermando esser beati , Ch' avran di consolar Y anime donne. La Guida mia incominciô a dirmi, Poco ambedue daU'Angel sormontati.

Gon tanta suspizion fa irmi Novella vision ch' a se mi piega , Si ch'io non posso dal pensar partirmi. Vedesti come Tuom da lei si slega? Ouvrant ses ailes, semblables à celles du cygne, celui qui ainsi nous avait parlé, nous dirigea en haut entre les parois du dur rocher. Que cela te suffise, et de tes talons frappe la terre: Ond'elli m'assenti con lieto cenno Ciô che chiedea la vista del disio. Perché i nostri diretri Rivolga il cielo a se , saprai: Ma, come fatto fui Roman Pastore, Gosl scopersi la vita bugiarda.

Né più salir potiesi in quella vita: Perché di questa in me s'accese amore. Qui tu fus, et pourquoi vos dos sont tournés en haut, dis-moi, si tu veux que je t'obtienne quelque chose là d'où je suis parti vivant. Or, çome vedi, qui ne son punita. Solo ascoltando, del mio riverire: Per vostra dignitate Mia coscienza dritta mi rimorse. Wi' t Jusque-là misérable et séparée de Dieu fut mon âme tout avare: Comme toi et comme les autres, d'une seule Puissance je suis le serviteur.

Tes paroles ne seront point sans récompense , si je reviens accomplir le court chemin de cette vie qui vole vers son terme. Di me son nati i Filippi e i Luigi, Per cui novellamente è Francia retta. Ultimamente ci si grida: Crasso, Dicci, chè '1 sai, di che sapore è Toro. Non dubbiar, mentr' io ti guido. Enfin, ici Ton crie: Crassus, dis -nous, puisque tu le sais, quel goût a l'or? Nous avions quitté cet esprit, et nous tâchions de gagner du chemin autant que nos forces nous le per- mettaient , Lorsque je sentis trembler le mont comme une chose qui tombe: Puis retentit de toutes parts un cri tel , que le Maître se tourna vers moi, disant: Fin che '1 tremar cessô , ed ei compièsi.

Ne per la fretta dimandare er' oso. Ne per me 11 potea cosa vedere. Cosi m' andava timido e pensoso. Nous demeurâmes immobiles et en suspens, comme les pasteurs qui les premiers ouïrent ce chant 28, jus- qu'à ce que, le tremblement ayant cessé, le chant aussi cessa.

Puis nous reprîmes notre route sainte, regardant les ombres qui gisaient à terre , et qui déjà étaient retournées aux pleurs accoutumés. Que n'était celui qu'en ma pensée il me semblait alors avoir ; et, à cause de la hâte, je n'osais deman- der, et là par moi-même je ne pouvais rien voir: Ainsi je m'en allais timide et pensif. Frati miei , Dio vi dea pace Noi ci volgemrao subito , e Virgilio Rende lui '1 cenno ch'a ciô si conface.

Nous ne l'avions point aperçue, de sorte que la première elle parla , Disant: Nel beato concilio Ti ponga in pace la verace corte , Che me rilega nell' eterno esilio.

E il Dottor mio: Se tu riguardi i segni Che questi porta e che TAngel proffila , Ben vedrai che co' buon convien ch' e' regni.

Ce pourquoi je fus tiré de la large gueule de TEnfer pour le guider, et je le guiderai aussi loin que le pourra mon savoir. Mais dis-nous , si tu le sais , pourquoi de telles secousses ont ébranlé le mont, et pourquoi tous en- semble ont paru jeter le même cri , jusqu'à son humide pied. Ainsi demandant, il toucha tellement le but de mon désir, que par l'espérance un peu apaisée fut ma soif. Gosa non è che sanza Ordine senta la religîone Délia montagna , o che sia fuor d'usanza. Di quel che '1 cielo in se da se riceve Esserci puote , e non d' altra cagione: Nulle sèche vapeur ne monte plus haut que le som- met des trois degrés dont je parlais, où le vicaire de Pierre a ses pieds.

Corne fu al peccar, pone al tormento. Omai veggio la rete Ché qui vi piglia , e come si scalappîa , Perché ci tréma, e di che congaudete. V Ora chî fosti piacciati ch'io sappia ,. E, perché tsgiti secoli giaciuto. Qui s;e', nelle parole tue mi cappia. Et le sage Guide: Qu'il te plaise maintenant que je sache qui tu fus; pourquoi tant de siècles tu as été ici gisant, je l'ai compris par tes paroles. Senz'essa non fermai peso di dramma. Perché T ombra si tacque, e riguardommi Negli occhi, ove '1 semblante più si ficca.

Le rire et les pleurs suivent tellement la passion qui les excite , qu'ils n'obéissent point au vouloir, et moins encore chez les plus vrais.

Je souris donc, comme celui qui fait signe: L'una mi fa tacer, l'altra scongiura Ch'i' dica; ond'io sospiro, e sono inteso. Forse che tu ti maravigli,. Antico spirto, del rider ch'io fei ; Ma più d'ammirazion vo' che ti pigli. Frate, Non far, chè tu se' ombra, e ombra vedi. Or puoi la quantitate Comprender dcU'amor ch' a te mi scalda , Quando dismento nostra vanitate , Trattando Y ombre corne cosa salda.

Celui-ci, qui en haut guide mes yeux , est ce Vir- gile, à qui tu dois d'avoir chanté avec éclat les hommes et les Dieux. Si tu as cru que mon sourire eût une autre cause , tiens-la pour fausse , et attribue-le à ce que tu as dit de lui. Déjà il s'inclinait pour baiser les pieds de mon Maître; mais celui-ci lui dit: Et lui se relevant: Ed io, più lievç che per Y altre foci , M'andava si, che senza alcun labore Seguiva in su gli spiriti veloci: Ainsi, du moment où parmi nous dans les limbes de l'Enfer descendit Juvénal , qui me révéla ton affec- tion.

Î87 La mienne fut la plus vive qu'on puisse ressentir pour une personne qu'on ne vît jamais ; de sorte que courts maintenant me paraîtront ces escaliers. Mais dis- moi, et, comme ami, pardonne si par excès de confiance trop je lâche le frein, et conrnie ami désormais discours avec moi.

Comment put l'avarice trouver place en ton sein , soigneusement rempli , comme tu Tétais , de toute sagesse? Ces paroles provoquèrent d'abord en Stace un léger rire, puis il répondit: Tu prima m' inviasti Verso Parnaso a ber nelle sue grotte, E poi appresso Dio m'alluminasti. Secol si rinnova; Torna giustizia e primo tempo umano; E progenie discende dal ciel nuova. Ma perché veggi me' ciô ch' io disegno , A colorar distenderô la mano. Mais pour que mieux tu discernes ce que je dessine, ma main y apposera les couleurs.

E questa tiepidezza il quarto cerchio Cerchiar mi fe più che '1 quarto centesmo. Dimmi se son dannati, ed in quai vico. Cette tiédeur m'a, plus de quatre cents ans, retenu dans le quatrième cercle. Varron, si tu le sais; dis-moi s'ils sont condamnés , et à quelle demeure. Déjà les deux Poètes se taisaient, de nouveau atten- tifs à regarder autour, hors désormais de la montée et des parois; Et déjà quatre des servantes du jbu!

Et ils allaient devant, et rtioi seul derrière, écoutant leurs discours, qui me doimaient Tintelligence de la poésie. Et comme le sapin, de rameau en rameau, se ré- trécit en s' élevant, ainsi cet arbre en descendant, afin, je crois, que dessus nul ne monte. Di questo cibo avrete caro. Piii pensava Maria, onde Fosser le nozze orrevoli ed intere, Ch'alla sua bocca, ch'or per voi risponde.

Les deux Poètes s'approchèrent de l'arbre, et d'au dedans, à travers le feuillage, une voix cria: Ombre che vanno , Forse di lor dover solvendo il nodo. Je tournai le visage, et non moins vite mes pas, vers les sages, qui parlaient de sorte que point ne me coûtait l'aller.

Ecco La gente che perde Gerusalemme, Quando Maria nel figlio diè di becco. Chi nel viso degli uomini legge omo , Ben avria quivi conosciuto l'emme. Toutes avaient les yeux ténébreux et caves, la face pâle, et le corps si décharné, que sur les os la peau se collait.

Je ne crois pas que le jeûne eût desséché Érésich- thon 2 jusqu'à une si mince pellicule , lorsqu'à sa faim il ne resta qu'elle. Je disais, pensant en moi-même: Les orbites ressemblaient à des anneaux sans gem- mes. Quai grazia m'è questa? Parle sans tar- der. Dis- moi donc, au nom de Dieu, ce qui ainsi tous effeuille: Forese, da quel di' JNel quai mutasti mondo a miglior vita, Cinqu'anni non son volti insino a qui. Ancora Io ti credea trovar laggiù di sotto, Dove tempo per tempo si ristora.

Si tosto m' ha condotto A ber lo dolce assenzio de' martiri La Nella mia col suo pianger dirotto. Si en toi cessa le pouvoir de pécher, avant que survînt l'heure de la bonne douleur qui nous remarie à Dieu , Comment ici -haut es -tu venu? Se ti riduci a mente Quai fosti meco e quale io teco fui, Ancor fia grave il memorar présente. Costui per la profonda Notte menato m' ha de' veri morti, Con questa vera carne che il seconda.

Quivi convien che senza lui rimagna. Par la profonde nuit des vrais morts il m'a guidé, avec ce vrai corps qui le suit. De là son secours m'a conduit en haut, montant autour de la montagne qui vous redresse, vous que le monde a déformés. Il dit quMl m'accompagnera jusque-là où je trou- verai Béatrice: Virgile est celui-ci, qui ainsi m'a dit. Et je l'in- diquai du doigt. Cet autre est l'ombre pour qui naguères se sont ébranlés tous les rochers de votre royaume , Qui de soi Ta repoussée.

Si come nave pinta da buon vento. Et moi, continuant mon jliscours, je dis: Mais dis-moi, si tu le sais, où est Pîccarda; dis- moi si à noter est quelqu'un parnii cette gent qui tant me regarde?

Qui non si vieta Di nominar çiascun, da ch'è si munta Nostra senibianza via per la dieta. Dal Torso fu , e purga per digiuno L' anguille di Bolsena e la vernaccia. Mais, comme celui qui regarde, et ensuite préfère l'un à l'autre, ainsi préférai -je celui de Lucques, qui paraissait me connaître davantage. Se nel mio mopporar prendesti çrrpiie, Dichiareranti ancor le cose vere.

E quasi contentato si tacette. Et comme celui qui est las de courir, laisse aller ses compagnons, et doucement va, jusqu'à ce que la poi- trine ait cessé de haleter; Ainsi Forésé laissa passer le saint troupeau, et der- rière moi il venait , disant: Je vis dessous des gènfe élever les 'riiains , et crier je ne sais quoi vers le feuillage , centime defs enfants pressés d'une faibi vaine , Qui prient , et le prié ne répond pas , maïs, pour aiguiser leur envie, tient haut ce qu'ils désirent , et ne le cache point.

Subita voce disse; ond'io mi scossi, Corne fan bestie spaventate e poltre. S'a voi piace Montare in su , qui si convien dar volta ; Quinci si va chi vuole andar per pace. Beati cui alluma Tanto di grazia, che l'amor del gusto Nel petto lor troppo disir non fuma , Esuriendo sempre quanto è giusto.

Et tel qu'annonçant l'aube, le doux vent de mai glisse, tout imprégné du parfum de l'herbe et des fleurs ; Tel sentis-je sur mon front passer un souffle, et bien sentis-je s'agiter les plumes d'où s'exhale l'odeur d'ambroisie ; Et dire j'entendis: Scocca V arco del dir, che insiiio al ferro hai tratto. Corne si puô far magro Là dove Tuopo di nutrir non tocca? Lors, rassuré, Jouvrîs la bouche, et aMumençai: Et si tu pensais comment , vous mouvant , se meut dans le miroir votre image , ce qui te parait difficile te paraîtrait aisé K Mais pour qu'en repos tu sois jusqu'au fond de ton vouloir, voici Stace: Par quoi , il nous fallait aller le long du côté ouvert, un à un ; et d'ici je craignais le feu, de là je craignais de tomber.

Et je vis dans la flamme des esprits qui allaient ; et je regardais à leurs pas et aux miens , partageant la vue tour à tour entre l'un et l'autre. Cette hymne finie , à haute voix ils criaient: Et de nouveau l'ayant finie , ils criaient: Guarda; giovi ch'io ti scallro. Ed io facea con T ombra più revente Parer la fiamma, e pur a tanto indizio Vidi molV ombre, andando , poner mente.

Questa fu la cagion che diede inizio Loro a parlar di me ; e cominciarsi A dir: Celui non par corpo fittizio. Le Soleil , qui déjà de ses rayons remplissant l'Occi- dent, répandait sur l'azur du ciel une teinte blanche, me frappait l'épaule droite ; Et mon ombre faisait paraître la flamme plus rouge ; et en allant je vis plusieurs ombres attentives à cet indice.

Ce fut la cause pourquoi elles commencèrent à parler de moi, et à dire: Prima che '1 prîmo passa 11 trascorra, Sopraggridar ciascuna s'affalica: Par le milieu du chemin embrasé venait, à ren- contre de celle-ci, une troupe qui attira mes regards.

Là je vis des deux parts les ombres se hâter, et se baiser l'une l'autre sans s'arrêter, contentes d'une brève caresse. Ainsi dans leur brune file, les fourmis museau à museau s'approchent l'une de l'autre, peut-être pour s'enquérir de leur route et de leur fortune. Nella vacca entra Pasife, Perché il torello a sua lussuria corf a. Ua La tfoupe nouvelle: Et se rapprochèrent de moi, comme auparavant, ceux qui m'avaient prié, se montrant de visage atten- tifs à écouter. Moi qui deux fois avais vu leur désir, je commen- çai: D'ici en haut je vais pour cesser d'être aveugîe: Mais et que bientôt soit rassasié votre plife rand désir, de sorte que vous ouvre ses demeurée le ciel plein d'amour, qui sans fin se dilate dans l'espace!

Comme le rustique et grossier montagnard stupé- fait se trouble, et regardant reste muet, lorsqu'il entre dans une ville ; Ainsi en sa contenance se montra chaque ombre: Et sans écouter ni parler, pensif, longtemps j'allai le regardant, et à cause du feu je ne m'approchai pas plus. Li dolci detti vostri Che, quanlo durera Tuso moderno , Faranno cari ancora i loro inchiostri. Più non si va , se pria non morde, Anime santé, il fuoco ; entrate in esso, Ed al cantar di là non siate sorde.

Hors de la flamnie, sur le bord il se tenait, et chan- tait: Ed io pur ferme, e contra coscienza. Vers moi se tournèrent mes bons Guides , et Virgile me dit: Si sur Géryon même, sauf je te guidai , que ferai -je maintenant que je suis plus près de Dieu?

Tiens pour certain que, fusses-tu mille ans dans le sein de cette flamme, elle ne pourrait te dépouiller d'un cheveUé Et si peut-être tu crois que je te trompe , approche- toi d'elle , et que tes mains en fassent l'épreuve avec le bord de ta robe. Dépose désormais, dépose toute crainte; avance, et vas avec confiance. Volemci star di qua? Gli occhi suoi già veder parmi. Sur quoi il secoua la tête , et dit: Ensuite il sourit, comme on sourit à l'enfant que séduit une pomme.

Puis, devant moi il entra dans le feu, priant Stace , qui auparavant nous avait longtemps séparés', de venir derrière. Quand je fus dedans, je me serais jeté dans du verre bouillant pour me rafraîchir, tant Tardeur était là sans mesure. Cependant le doux Père, pour me conforter, en allant parlait de Béatrice , disant: Silencieuses à Tombre, tandis que le Soleil darde ses feux, gardées par le pasteur qui, appuyé sur sa houlette , veille à leur sûreté ; Et tel te berger qui loge dehors, tranquille passe la nuit près de son troupeau , attentif à ce que point ne le disperse la bête féroce: Ainsi ruminant, et ainsi les regardant, me prit le sommeil, le sommeil qui souvent, avant qu'il soit, sait ce qui sera.

A rheure, je crois, où, sur le mont, commença à luire Cythérée, qui du feu d'amour toujours! Ces paroles m'adressa Vnrgile , et amais don ne fit un plaisir égal. Tant désir sur désir il me vint d'être en haut, qu'à chaque pas, ensuite, pour voler je me sentais croître les ailes. Lorsque tout l'escalier, au-dessous de nous, eut été parcouru, et que nous fûmes sur la dernière marche, Virgile sur moi fixa ses yeux , Et dit: Par industrie et par art ici je t'ai amené ; prends maintenant ton bon plaisir pour guide: Vois le Soleil qui reluit devant toi ; vois l'herbe, les fleurs et les arbustes que cette terre produit d'elle- même.

N'attends plus mon dire, ni mon signe: Déjà mes pas lents m'avaient porté si avant dans l'antique forêt, que je ne pouvais plus voir par où j'étais entré, Quand voilà que d'aller plus loin m'empêcha un ruisseau dont, vers la gauche, les petites ondes ployaient l'herbe croissant sur ses bords.

Là, comme apparaît subitement une chose qui, émerveillant, détourne de toute autre pensée, m'ap- parut Si appressàndo se, che '1 dolce suono Veniva a me co' suoi intendimenti. Dès qu'elle fut là où de ses ondes le beau fleuve baigne l'herbe, de lever les yeux elle me fit la fa- veur. Sur l'autre rive, à droite, elle souriait, cueillant de ses mains les fleurs que la profonde terre produit sans semence.

Beali, quorum tecta sunl peccata. Longtemps ainsi nous n'avions pas cheminé , quand la Dame vers moi se tourna , disant: Che cosa è questa? Tandis que ravi j'allais à travers tant de prémices du plaisir éternel , et désirant plus dt j ttes encore , Devant nous l'air devint tel qu'un feu arddnt , sous les verts rameaux ; et déjà , eomine un chant , le doux son était entendu: Perché pur ardi SI neU'affetto délie vive luci, E ciô che vien diretro a lor non guardi?

Je me tournai , plein d'admiration , vers le bon Vir- gile ; et il me répondit par un regard non moins plein de stupeur.

La Dame me gourmanda: Benedetta tue Nelle figlie d'Adamo , e benedette Sieno in eterno le bellezze tue.

Lorsque je fus sur ma rive en un endroit où je n'étais plus distant que de la largeur du fleuve, je suspendis mes pas pour mieux voir: Ces étendards se prolongeaient en arrière, au delà de ma vue, et, à mon jugement, ceux d'en dehors étaient l'un de l'autre distants de dix pas.

Sous ce beau ciel que je décris, venaient, deux à deux , vingt-quatre vieillards couronnés de lis. Comme dans le ciel une lumière suit une autre lumière , vinrent après eux quatre animaux couronnés de vert feuillage. Chacun d'eux avait six ailes, dont les plumes étaient pleines d'yeux ; et tels, s'il vivait, seraient les yeux d'Argus. A décrire leurs formes, plus, lecteur, ne dépense- rai -je de rimes; car tant me presse une autre dé- pense, qu'en celle-ci je ne puis être prodigue.

Mais lis Ézéchiel, qui les dépeint comme il les vit venir de la froide région, avec le vent, avec la nuée, dî avec le feu: Elles paraissaient conduites tantôt par la blanche , tantôt par la rouge, et les autres sur son chant réglaient leur aller lent ou vif. Après ce groupe, je vis deux vieillards dissem- blables de vêtement, mais de contenance pareille, tous deux modestes et graves.

Giurato avria poco lontano aspetto , Che tutti ardesser di sopra da' cigli: Et ces sept étaient vêtus de la première robe 22, mais autour de la tête ils n'avaient point de couronne de lis , Mais de roses et d'autres fleurs vermeilles.

D'un peu loin, on aurait juré qu'au-dessus des sourcils tous étaient en feu. Et quand le char fut vis-à-vis de moi, un tonnerre fut ouï: Benedictus , qui venis; E, fior gittando di sopra e d'intorno , Manibus o date liliaplenis.

Sans davantage la reconnaître des yeux , par une vertu occulte qui d'elle émana, de l'ancien amour sentit la grande puissance. Men che dramma Di sangue m' è rimasa, che non tremi: Conosco i segni dell'antica fiamma.

Mais Virgile noua avait laissés, Virgile, très- doux père , Virgile à qui , pour mon salut , elle me confia: Non sapei tu, che qui è l'uom felice? Tanta vergogna mi gravô la fronte. Quoique le voile qui descendait de sa tète, ceinte du feuillage de Minerve , ne permit pas de la voir à découvert. D'une contenance royalement altière elle continua , comme celui qui, disant, réserve pour la fin les paro- les les plus vives: Comment as- tu daigné t'approcher du mont?

Tua confession conviene esser congîunta. Elle attendit un peii, pds elle dit: E quando per la barba il viso chiese , Ben conobbi il velen dell' argomentû. Là tellement me piqua l'ortie du repentir, que de toutes les autres choses, celle qui me détourna le plus dans son atnour, je h pris le plus en haine.

Quand je fus près de l'heureuse rive. La belle dame ouvrit les bras, et m'embrassant la la tête, me plongea où il convenait que je busse l'eau: Fa che le viste non rispanni ; Posto t' aveoi dinanzi agli smeraldî , Ond'Amor già ti trasse le sue armi.

Or con uni , or con altri reggimenti. Gomme le soleil dans le miroir, ainsi l'animal double rayonnait dedans, offrant tantôt un aspect et tantôt un autre Pense, lecteur, si je m'étonnais, voyant l'objet demeurer le même, et son image changer.

Tandis que, pleine de stupeur et de joie, mon âme goûtait de cet aliment, qui, rassasiant de soi, de soi renouvelle la faim ; Par leur démarche se montrant de la plus haute tribu 2i, les trois autres s'avancèrent en chantant leur angélique carole. Qui , tant eût -il pâli sous les ombres du Parnasse, ou bu à ses fontaines , Ne paraîtrait impuissant d'esprit, s'il tentait de te peindre telle que tu apparus là où le ciel t'enveloppe d'harmonie et de fleurs. Lorsqu'au grand jour tu te découvris?

Mais après qtfelle 6e fut un peu raffeimie, je dis un peu par rapport à l'âbondaùte lumière dont je m'étais par force éloigné , Poi cerchiaro una planta dispogliata Di flori e d' altra fronda in ciascun ramô. Ainsi traversant la haute forêt, vide par la faute de celle qui crut le serpent, un chant angélique réglait le pas. Peut-être avions-nous parcouru trois fois l'espace d'un trait de flèche , lorsque Béatrice descendit.

Je les ouïs tous murmurer: SI si conserva il semé d' ogni giusto. Ne la nota soffersi tuttaquanta. Griffon, que point de cet arbre ton bec ne détache le fruit doux au goût; car ensuite tristement se tord le ventre.

Je n'entendis point, et ici -bas ne se chante l'hymne que cette troupe alors chanta ; et je n'en soutins pas jusqu'au bout l'harmonie. Vedi lei sotto la fronda Nuova a sedersi in su la sua radice. Je passe donc au moment où je me réveillai , et je dis que pour moi déchira lé voile du sommeil une vive splendeur et une voix qui m'appela: Al carro tieni or gli occhi, e, quel çhe vedi, Ritornato di là, fa che tu scrive.

LÎ; ne te ç. Mais en lui reprochant ses laides coulpes, ma Dame le fit fuir aussi vite que le permirent ses os dé- charnés. Puis, par où d'abord il était venu, je vis l'aigle descendre dans l'arche du char, et la laisser jonchée de ses plumes Sîmile mostro visto mai non fue.

Mais ayant vers moi tourné son regard errant et convoiteux, ce féroce amant la flagella de la tête jus- qu'aux pieds. Et avec de pieux soupirs Béatrice les écoutait, si défaite, que près de la croix peu plus ne Tétait Marie. Mais, lorsque les autres vierges ayant cessé, elle put parler, se levant droite en pieds, rouge conune le feu, elle répondit: Di non celar quai hai vistçi la pianta , Ch' è or due volte dirubata quivi.

Qualunque ruba quella o quella schianta, r. Con bestemmia di fatto oflende Dio , ,'. Si come cera da suggello , Che la figura impressa non tf asinuta , Segnato è or da voi lo mio cervello.

Quai sotto foglie verdi e rami nigri Sovra suoi freddi rivi l' Alpe porta. Lorsque, comme celui qui pour la guider va devant une troupe, s'arrête, s'il rencontre quelque chose nou- velle, s'arrêtèrent Les sept Dames à l'extrémité d'une ombre pâle, telle que, sous des feuilles vertes et noires, en offrent les Alpes, près de leurs froids ruisseaux.

Prega Matelda che il ti dica. Questo , ed altre cose Dette li son per me ; e son sicura Che r acqua di Letè non gliel nascose.

Forse maggior cura , Che spesse volte la memoria priva, Fatto ha la mente sua negli occhi oscura. Menalo ad esso , e , come lu se' usa , La tramortita sua virtù ravviva. A cette prière , il me fut dit: Sitôt qu'elle m'eut pris, la belle Dame se mut, et à Stace gracieusement elle dit:. Je revins de la très- sainte onde, renouvelé comme des plantes qu'une vie nouvelle a revêtues d'un nou- veau feuillage.

Pur et préparé à monter aux étoiles. La poésie de la mort. Les filles de Piérius, de Pella, ville de Macédoine, ayant pro- voqué les Muses au combat du chant, furent vaincues et changées en pies. Jusqu'au cercle le plus élevé du Ciel, ou le cercle des Étoiles. Le Soleil étant dans le Bélier, situé derrière le signe des Pois- sons, ceux-ci étaient voilés par la lumière de Vénus, qui précédait un peu le Soleil.

Si ces quatre étoiles sont celles appelées la Croix du Sud on ignore comment Dante pouvait les connaître, à moins que ce ne fût peut-être par Marco Polo, que ses voyages avaient conduit jus- qu'à Java. Gomme l'avait ordonné CatOD. Quand donc le soleil se couche à Jérusalem, il se lève sur le mont du Purgatoire.

De plus, la nuit qui parcourt l'hémicercle opposé à celui du jour, arrive comme lui de l'Orient, sortant du Gange, selon l'expression du Poète, c'est-à-dire de l'Inde, située à l'orient de Jérusalem. La Nuit tient au-dessus de sa route ténébreuse le signe de la Balance, pendant que les nuits s'accourcissent, ou du solstice d'hi- ver au solstice d'été ; mais, quand les nuits s'allongent, du solstice d'été au solstice d'hiver, les Balances tombent de sa main; en d'autres termes, elle accomplit son cours sous un autre signe.

Le Poète indique ici les trois couleurs diverses dont le ciel se nhance avant le lever du soleil, le blanc de l'aube, le vermeil de l'aurore, et l'orangé qui précède un peu le soleil. Le soleil étant alors dans le Bélier, que le Capricorne précède, à la distance d'un quart de cercle, il est clair que le soleil en mon- tant le chassait do milieu du ciel. En achevant de se purifier dans le Purgatoire. Excellent musicien de Florence, et très-aimé de Dante, dont il avait mis en chant plusieurs canzoni.

On pourrait traduire aussi: Par Peffet dès prières adressées à Dieu pendant le Jttbilé ouvert trois mois auparavant. C'est ainsi que commence une des plus belles canzoni de Dante. Les souillures du péché. Dans une seule pensée, la crainte de perdre Virgile.

Des eaux qui baignent le pied du mont. Virgile est lui-même dq ces autres, et c'est le sujet de sa tristesse et de son trouble. Les premières de cette troupe d'âmes heureuses alors, par l'assurance qu'elles ont de leur salut. Le bord escarpé de la rampe. Cette sorte d'amas de pierres s'appelait mora. Villani ajoute, qu'au dire de quelques- uns, Tarchevêque de Cosenza, par ordre du Pape, fit enlever de ce lieu, qui était de terre d'Église, et transporter près du fleuve Verde, les os de Manfred.

Platon, et d'autres après lui, croyait qu'il y avait trois âmes dans l'homme: Elles survenaient successivement, et dans Tordre où on vient de les nommer, à mesure que, le corps se développant, se formaient les organes correspondants à leurs fonc- tions. Qui n'est pas en relation avec les objets extérieurs, ou excitée par eux. Ville du duché d'Urbin, située sur une montagne élevée.

Ville de Tétat de Gênes, entre Finale et Savone, sur le bord de la mer. Très-haute montagne de Lombardie, dans le territoire de Reggiô. Cest-à-dire que l'hicliimieon de la peste qu'ils montaient était de plus de 45 degrés. La constellation des Gémeaux. Le soleil qui réfléchit comme un miroir la lumière de Dieu. La constellation des Gémeaux étant plus près de l'Ourse ou du pôle arctique que celle du Bélier, si, au lieu d'être dans le Bélier, le soleil avait été dans les Gémeaux, le point du zodiaque rougi par les rayons solaires aurait été plus voisin de l'Ourse.

Ici, et plus bas, terc. L'astronomie, un des quatre arts libéraux, dans la division scolastique. Habile facteur d'kiAtiiiileiits de iiiiiâii ile, mais très -pares' seux.

Il est midi ici, et la nuit commence dans le Maroc.

L'Ange qui vint sur la terre, apportant le décret de la paix durant tant d'années implorée avec larmes free sexe escort corse du sud, et qui ouvrit le ciel si longtemps fermé 2, Etait là devant nous si vrai, le ciseau si bien avait reproduit sa douce contenanceque point il ne sem- blait une image qui se tait. La loi de lunivers est garant des droits des au- treselle est donc aussi garant des miens envers moi. Non sapei tu, che qui è l'uom felice? Nous encourageons pour la réalisation de ce type de travaux l'utilisation des ouvrages et documents appartenant au domaine public et serions heureux de vous être utile. Latina gros cul maitresse anais livres libres de droit sont autant de liens avec le passé.

2 thoughts on “Latina gros cul maitresse anais

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *